Page d'accueil

Association des amis de la Fondation Vasarely

English
Deutsch
Magyar
Facebook
 
 

 

 

 

 

 
 
   

Revue de Presse 2014

2005 - 2006 - 2007- 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013
 
 


Hiver 2008

 

Victor Vasarely
De l'art abstrait à l'art optique.

France Magazine n°23, Hiver 2008

 

 

 

  télécharger le fichier .pdf
   


lundi 15
décembre

 

Pécs2010 EKF program védnöke

Pierre Vasarely átvette felkérő oklevelét

Szombaton kötetlen beszélgetés alkalmával idézték fel a Művészetek Házában Victor Vasarely életét, pécsi kötődéseit és kiállításait.

Unokája, Pierre Vasarely családjával érkezett az eseményre, ahol Tasnádi Péter Pécs Megyei Jogú Város polgármestere, dr. Kunszt Márta a Kulturális Bizottság elnöke, Ruzsa Csaba a Pécs2010 Kht. ügyvezető igazgatója, Pál Zoltán a Művészeti Tanács tagja, Takács Gyula (a pécsi Vasarely Múzeum létrehozásának-1976-vezető támogatója volt), Pitti Zoltán (az Europa Cantat Fesztivál-1988-kapcsán többször találkozott Victor Vasarelyvel), Dr. Végh József (Victor Vasarely pécsi látogatását szervezte, a programokra kísérte), Vígh Árpád (Victor Vasarely könyveit fordította magyarra a hetvenes-nyolcvanas években, később a Párizsi Magyar Intézet igazgatójaként közvetlen munkakapcsolatban állt vele), Pinczehelyi Sándor (a JPM grafikusaként a pécsi múzeum létrehozásakor a Vasarely kiadványok készítője volt, dolgozott Vasarely-vel), Fabényi Júlia (JPM igazgató, a mostani Vasarely kiállítások felelőse), Molnár G. Judit (a Művészetek és Irodalom Háza címzetes igazgatója), Sárkány József (JPM művészettörténész, a Vasarely "vándor" kiállítások rendezője), Péterné Marosy Katalin (vezérigazgató, Pierre Vasarely több együttműködést is kezdeményezett a Zsolnay Gyárral), Kismányoki Károly (a Vasarely film készítője), Catherine Feidt-Illés francia tiszteletbeli konzul, Jean Baudry a Pécsi Alliance Francaise igazgatója és Németh Csilla, Jean Boudry úr munkatársa társaságában folytatott beszélgetést. A rendezvényen a résztvevők felidézték a mesterrel kapcsolatos személyes élményeiket.

A program záróakkordjaként Pierre Vasarely átvette Tasnádi Péter polgármestertől a Pécs2010 EKF program védnöki felkérő oklevelét. A megbízással Pécs városa köszönetét kívánja kifejezni Pierre Vasarely jövőbeni közreműködéséért, amellyel hozzájárul Pécs hazai és nemzetközi hírnevének ápolásához. A védnök boldogan és büszkén vállalta a feladatot.

Az esemény előzményeként a Vasarely Múzeumban (Pécs, Káptalan u. 3.) 12-én Vasarely-kiállítás nyílt.

  télécharger le fichier .pdf
   


lundi 15
décembre

 

Vasarely újra Pécsett

Fél esztendeig tartó külföldi kiállítás-sorozatról tértek haza Victor Vasarely alkotásai. A kollekciónak francia magángyűjtők anyagával bővített tárlata az elmúlt hétvégén nyílt, s 2009 februárjáig tekinthetőmeg a pécsi Vasarely Múzeumban.

  Suite de l'article
   


lundi 15
décembre

 

A magyar volt Vasarelyék
" titkos nyelve"

  télécharger le fichier .pdf
   


dimanche 14
décembre

 

Soha ki nem állított alkotások a Vasarely Múzeumban

Eddig soha ki nem állított alkotások is láthatók a pécsi Vasarely Múzeumban, amely fél év szünet után kibővült tárlattal nyitotta meg ismét kapuit a nagyközönség előtt pénteken. Az eseményen részt vett Pierre Vasarely, Victor Vasarely unokája is.

  Suite de l'article
   

samedi 13
décembre

 

Diplôme de patronage

Décerné à Monsieur
Pierre Vasarely

qui porte officiellement aujourd'hui le titre de
Patron du programme Pécs2010
Capitale Européenne de la Culture.

Cette distinction est attribué par la Ville
de Pécs en remerciement du rôle de
M. Pierre Vasarely pour le rayonnement et la
promotion de la ville en Hongrie et à l'étranger.

  télécharger le fichier .pdf
   

vendredi 12
décembre

 

VICTOR VASARELY KIÁLLÍTÁSA. PÉCS.

HOMMAGE A VICTOR VASARELY

Külföldi kiállítás-sorozatról tértek haza Victor Vasarely művei. Az alkotásokat korábban a mester saját maga válogatta ki, azzal a szándékkal, hogy a kollekció az egész életművét a legátfogóbb módon reprezentáló anyag legyen.
  Suite de l'article
   

vendredi 12
décembre

 

Győző visszajött - Vasarely Múzeum

Egy hónapos késéssel ugyan, fél éves nemzetkozi turné után eredeti funkciójában újra nyílik a Vasarely Múzeum, ahol az eredeti tárlat - magángyűjtők és a művész unokájának tulajdonában lévő 22 képpel kiegészítve - tekinthető meg. Július és november között a kiállítás Írországban (Donegal), valamint Franciaországban (Aix-en-Provence, Párizs) is megfordult és összesen 140 ezer látogatót vonzott. A bővített tárlat februárig a korábbi áron tekinthető meg (700/350 Ft), amikor a múzeum felújítási munkálatai kezdődnek az EKF programhoz kapcsolódóan.
  Suite de l'article
   

vendredi 12
décembre

 

Baranya County Museums' Directorate
Janus Pannonius Museum
cordially invites you to the opening of the exhibition

HOMMAGE A VICTOR VASARELY

on 12th December 2008, at 5 p.m.

Dr. Janos Hargitai
Chairman of the Baranya County Council

Péter Tasnadi
Mayor of Pécs

Opening remarks

Pierre Vasarely
President of the Association for the defense
and the promotion of Vasarely's work

  télécharger le fichier .pdf
   

lundi 1er
décembre

 

PHILANTHROPIE & FONDATION
D'UTILITE PUBLIQUE
Des actes citoyens variés et récompensés

Conférence - Débat du 1er déc. 2008
pour la Fondation Vasarely

(Institut Hongrois, Paris)

Stéphane Couchoux
Avocat associé
Spécialisé en Mécénat & Fondation

  télécharger le fichier .pdf
   

lundi 1er
décembre

 

Devenez partenaire
de la Fondation Vasarely.

Conférence et débat

Philantropie et Fondation reconnue d'utilité publique.

Institut Hongrois
92, rue de Bonaparte -75006 Paris

1er décembre 2008

  télécharger le fichier .pdf
   


lundi 10
novembre

 

Les œuvres du père de l'art optique, Victor Vasarely inaugureront mercredi 12 novembre la nouvelle galerie de l'Institut hongrois de Paris qui portera son nom. L'artiste, reconnu comme un grand novateur du XXe siècle, a révolutionné les notions de couleur et d'illusion optique. Il a été récompensé par de nombreux prix, dont le Guggenheim en 1964.

  télécharger le fichier .pdf
   

vendredi 7
novembre

 

Vernissage de l'exposition

Hommage à Victor Vasarely

Institut Hongrois de Paris
92, rue Bonaparte, 75006 Paris

Le mercredi 12 novembre 2008
de 18h30 à 21h

L'exposition est ouverte
du 7 novembre au 1er décembre 2008
tous les jours sauf dimanche et lundi
de 14h à 18h30.

  télécharger le fichier .pdf
   


jeudi 30
octobre

 

Vasarely se fâche.

Déçu par le refus de la cour d'appel d'Aix-en-Provence d'annuler un arbitrage remontant à 1995 qui entraîna la dilapidation des œuvres de la Fondation Vasarely,le petit-fils du peintre, Pierre Vasarely, saisit la justice pénale.

  télécharger le fichier .pdf
   


jeudi 30
octobre

 

Vasarely vermächtnis.

Victor Vasarelys futuristiche Bilder gehörten zu den 70er-Jahren wie Lavalampen und Pink-Floyd-Alben. Heute verfällt sein Museum in Südfankreich, seine Gemälde wurden gestohlen, verschleppt, unterschlagen und sind in alle Welt verstreut. Jetzt versucht der Enkel des Künstlers, das Erbe zu retten.

  télécharger le fichier .pdf
   

mardi 28
octobre 2008

 

Institut Hongrois de Paris
Collegium Hungaricum

Programme octobre - décembre 2008

  télécharger le fichier .pdf
   


lundi 27
octobre

 

À mi-chemin de l'art et de l'économie.

À quelques jours de la fin de l'exposition itinérante d'œuvres de Vasarely, au sein même du bâtiment de la Fondation, vient d'être organisée par le centre des jeunes dirigeants d'Aix et du pays d'Aix une conférence sur le thème du mécénat culturel...

  télécharger le fichier .pdf
   


lundi 20
octobre

 

Vasarely : l'interminable feuilleton judiciaire.

Depuis dix-sept ans, les procédures et les coups bas s'enchaînent autour de la fondation consacrée au peintre hongrois, décédé en 1997.

En février 1976, Claude Pompidou et Jacques Chirac inauguraient, en grande pompe, la Fondation Victor Vasarely d'Aix conçue comme un centre architectonique par le peintre hongrois.
  télécharger le fichier .pdf
   


vendredi 17
octobre

 

La cour d'appel de Paris compétente pour le recours contre le partage des œuvres.

  télécharger le fichier .pdf
   


vendredi 17
octobre

 

La Fondation contestait pour fraude la répartition d’œuvres de Vasarely effectuée en 1995.

  télécharger le fichier .pdf
   


jeudi 16
octobre

 

Fondation Vasarely :
le TGI d'Aix se déclare incompétent sur l'arbitrage successoral

Le 16/10/2008 à 18:25

La chambre civile du tribunal de grande instance d'Aix-en-Provence, saisie par la fondation Vasarely, s'est dite jeudi incompétente pour décider de la validité de l'arbitrage successoral entre les deux fils du peintre Victor Vasarely, a-t-on appris auprès de l'administrateur de la Fondation.
La Fondation conteste cet arbitrage en date de 1995 qui a conduit à la dispersion des oeuvres du peintre d'origine hongroise et l'a, selon elle, dépouillée. Elle avait assigné trois membres de la famille du peintre ainsi que plusieurs avocats et réclame soit la restitution des oeuvres soit leur remboursement ainsi que le paiement de 5 millions d'euros de dommages-intérêts.
La chambre civile a considéré qu'un recours en révision de la sentence arbitrale était du ressort de la cour d'appel de Paris et non du sien.
L'administrateur de la Fondation, Me Xavier Huertas, a réservé sa décision, a-t-il dit à l'AFP. Il peut désormais soit déposer un recours en révision devant la cour d'appel de Paris, soit introduire un recours contre la décision de la chambre civile du TGI devant la cour d'appel d'Aix-en-Provence.
Lors de l'audience le 11 septembre de la chambre civile, les avocats des mis en cause avaient soulevé plusieurs exceptions d'irrecevabilité et demandé au tribunal de se déclarer incompétent.

Les trois membres de la famille mis en cause par l'assignation sont André Vasarely, fils aîné du peintre, Pierre Vasarely, petit-fils du peintre au titre de son père Jean-Pierre décédé en 2002, ainsi que Michèle Taburno-Vasarely, deuxième épouse de Jean-Pierre et présidente de la Fondation de 1995 à 1997.
La plupart des 1.300 oeuvres originales dont Vasarely (1906-1997) avait doté sa fondation, créée en 1976 par l'artiste, en plus de 18.000 sérigraphies, ont disparu.
Seules 42 oeuvres monumentales subsistent dans le bâtiment aixois de la Fondation, inscrit à l'inventaire des monuments historiques.
Certaines oeuvres ont fait l'objet de détournements par Charles Debbasch, ancien doyen de la faculté de droit d'Aix et président de la fondation de 1981 à 1993, qui a été condamné en mai 2005 pour ces détournements à deux ans de prison dont un ferme, alors qu'il se trouvait au Togo.
© 2008 AFP
  télécharger le fichier .pdf
   


jeudi 16
octobre

 

Hommage à Vasarely (voir l'exposition)

  télécharger le fichier .pdf
   


samedi 4
octobre

 

Vasarely encore et toujours

  télécharger le fichier .pdf
   


mercredi 1er
octobre

 

Les toiles de Vasarely retrouvent leur fondation.

Avec cet "Hommage à Victor Vasarely", soixante œuvres originales, réalisées entre 1930 et 1980, dont une dizaine issue de collections privées, sont à découvrir à la Fondation Vasarely.

  télécharger le fichier .pdf
   


Automne 2008

 

Vasarely’s Victory
By Kolby Yarnell

 
Op-art inventor Victor Vasarely’s monumental eye-bending works are both familiar and forgotten—which is what enabled members of his family to steal and sell thousands of his paintings. But one relative is fighting back. At the late artist’s 1976 foundation near Aix-en-Provence, his only grandson is renovating not just the building’s neglected hexagons, but the legacy of a 20th-century master.
On the road in front of the Vasarely Foundation, on the outskirts of Aix-en-Provence, a jet of water from one of the museum’s broken sprinklers is slowing traffic. Drivers roll up their car windows and proceed—but not mine. Unwilling to sully his freshly waxed Renault, the cabbie drops me off at the bottom of the graveled driveway. Approaching by foot, the air of neglect is undeniable. Seen through the geyser across the scrubby landscape, the building, faced with huge alternating black-and-white squares framing white-and-black circles, resembles a shuttered World’s Fair relic fading in the Mediterranean sun.
 

Vasarely sculpture on highway crossing, Aix-en-Provence
 
Born in Pecs, Hungary, in 1906, Victor Vasarely’s fame reached its peak in Paris in the mid-1960s. By this time he was regarded as the godfather of Op-art, the popular form of abstraction based on optical-trickery and experimentation that encompassed such names as Yaacov Agam, Richard Anuskiewicz, Jesus-Rafael Soto, and Bridget Riley.Vasarely’s celebrity had already begun its decline by the time he opened his Aix foundation in 1976. It was his grasp at immortality.
 

Not only did he lay down the plan—a honeycomb-like cluster of 16 hexagons by a shallow pool in the shape of a two-mouthed Pacman—he also fronted the money, naming it the Centre Architectonique d’Aix-en-Provence. His dream was to integrate his own art and architecture seamlessly into a democratic space, a nostalgic homage to the Bauhaus and Gestalt ideas that shaped him as a young art student in Budapest. He also embraced the optical illusion’s potential for populist appeal by making his art available and affordable through a shop selling prints, posters, and postcards. As he liked to say, “The art of the privileged must become the art of the community.”

 
Vasarely envisioned a community of artists, designers, psychologists, even weavers rising up around his creation in Aix like a town around a church, an artistic utopia winking across the horizon at Cézanne’s Mont Sainte-Victoire. And yet while his idea for such a community never materialized (unlike, say, the Marfa of Donald Judd), the foundation’s failure is almost as interesting a story.
 
Fondation Vasarely
 

On this sunny morning, as I watch dogs from the surrounding apartment complexes romp in the overgrown grass, it looks as if the only utopia that came of Vasarely’s vision is a canine one. Dogs don’t mind the broken sprinkler.

At 10:00 a.m. the purple-tinted glass doors unlock and the artist’s only grandchild, Pierre Vasarely, greets me. In the past few years, Pierre has brought hope to this forgotten icon of a forgotten artist and to admirers of its sagging tapestries and chipped mosaics. The leaky roofs, composed of thousands of small glass circles, are finally fixed. Next on his to-do list is heating and air conditioning (a stable temperature is crucial to preserving artworks). But the most important project Pierre has undertaken on behalf of his grandfather is the restitution of the thousands of works that members of the family stole from the foundation in the mid-1990s. Though Vasarely intended the bulk of his archive to remain here at his foundation—or at the museum he’d opened in 1970 in nearby Gordes—most of it, from oils to prints, serigraphs, and architectural studies, has vanished. “He would have been very shocked to see that his family has broken his dreams,” admits Pierre. All that’s left is this building and the 42 large “integrations” hanging on the walls of seven connecting hexagonal rooms.

To walk through the rooms of the foundation is to disappear inside one of Vasarely’s more hypnotic paintings. The full range of his career—from his “kinetic” black-and-white works to his further investigations of colorful grids of shapes inside squares—is neatly summed up in these installations. Their language of color and shape inside the square is what Vasarely called (and tried to patent as) his “plastic alphabet.” He wrote: “We no longer create for centuries to come, but for daily plastic needs.” From certain angles, the enfilade appears as the curve of a fractal. As my eyes take in the shapes inside squares and bulging trompe l’oeil spheres, I’m suddenly engulfed in the vibrating rooms. The paintings and the architecture share such affinity, they function as a single work—one that leads the viewer through what Vasarely called the “inner geometry of nature,” a world of secret passages and color combinations imbued with spiritual power. After a tumble through these phenomena, the viewer is meant to emerge transformed.

 
 
Like many visions of the future, Vasarely’s is an insightful glance into his own age. But he was really ahead of his time. He stipulated that the foundation use computers and suggested that slides, rather than the works themselves, be sent for traveling exhibitions. To Vasarely, the difference between the work and its reproduction was insignificant.
Fondation Vasarely
 

Experienced in the round like this, in the world of his own making, he is barely a painter at all—he has the hand of an engineer and the soul of a poet.

Considering the foundation’s travails, the works have held up remarkably well, as Pierre Vasarely quietly reminds me. In his khaki flannel suit and white T-shirt, he exudes a dignified modesty, as if repenting for his family’s sins. The relatives in question are Michèle Taburno, Jean-Pierre (a.k.a. the artist Yvaral), and André Vasarely—Pierre’s stepmother, father, and uncle, respectively. Their byzantine story has engulfed the foundation in scandal for well over a decade. In fact, so notorious is the history of the family and the foundation that the French press has seen fit to divide it into two periods: “L’affaire Vasarely” and now “la nouvelle affaire Vasarely.” The original affaire began when Taburno took over as president of the foundation in 1995 and proceeded to mastermind an arbitrage that determined that the sons, as inheritors, were owed 290 million francs (almost $68 million). Because the foundation was broke, payment was settled with oils and canvas. By the time of Vasarely’s death in 1997, the Gordes museum was closed and the Aix foundation continued to deteriorate around the 42 installations and a handful of moldy velour sofas.

La nouvelle affaire began officially in 2006 when a court installed Pierre as a foundation board member with the same authority that his grandfather had had. “He [Victor] wanted me to look after the foundation—‘petit Pierre’ was programmed for that, because I wasn’t an artist like my father, or a doctor like my uncle.” Pierre swiftly launched an attack on his stepmother, who had moved to Chicago in 2004, and availed himself of what had become a sympathetic legal system. Owing to Pierre’s efforts, a court decided last April that Taburno should pay the foundation nearly $8 million, and a tribunal was convened for fall (after this story went to press) to look into the shady dealings of 1995. Pierre says that André has since joined the fight and plans to tell the judge that he never wanted to harm the foundation, that he was manipulated by Taburno (who continued to oversee André’s financial interests until June 1, 2007), and that he will give back any works he hasn’t sold. After Taburno was arrested in Chicago this past summer for theft (she was caught trying to move hundreds of Vasarely works from one clandestine storage unit to another), it looked quite certain that the Provence legal administrator was ready to bring Taburno to account for her actions.

 
Pierre recognizes that his father and uncle were under Taburno’s control: “Nobody could say anything against her. She told them, ‘I will make you rich men.’” Pierre says he and his father were “the best friends in the world until 1997—after that, our only relationship was in front of the judge.” His father filed for divorce from Taburno in 2001 but died a year later, before it went through.
 
Pierre Vasarely
 

Some days before his death, however, Pierre says his father “signed many documents for Mrs. Taburno and against me.” Taburno tried to prevent Pierre from attending his father’s funeral, but he made a point of going. “I have no difficult feelings at all toward my father. I just find it was terrible for him not to know his two grandsons [Pierre’s children] because of the presence of Mrs. Taburno. My father and the friend he was to me has nothing to do with the man I had in front of me between 1997 and 2002.”

One of Pierre’s biggest challenges as he continues his efforts to reclaim the works is to regain the faith and support of the people of Aix-en-Provence. After so many years of dysfunction, most of them have simply lost interest in the place. “We have to rethink our presentation and come up with new projects,” he says. Despite all that has happened in France, Pierre is relieved that his grandfather also established two museums in Hungary—in Budapest and Pecs—both of which escaped Taburno’s greed. The directors of those museums stood up to Taburno, and he says she “didn’t insist.” This fall Pierre has even arranged for a traveling show of 60 of Vasarely’s works (from the Pecs museum and private collections) to make a stop at the foundation in Aix through October 30. Vasarely never foresaw the necessity of showing his early works in Aix, because that’s what the Gordes museum was for. Nevertheless, says Pierre, “he would have been very proud of this collaboration between his two favorite countries, and two of his museums. It’s an important event, and very symbolic. We need to show the importance of these works through contemporary researches, to show that he’s a part of art history.” He adds : “What I do now for the institution is in memory of these two great men—my father and grandfather—in order to respect their will.”

  télécharger le fichier .pdf
   


jeudi 25
septembre

 

La grande foule pour le retour de Vasarely.

Exposition : "Hommage à Victor Vasarely" se tient à la Fondation.

  télécharger le fichier .pdf
   

vendredi 19
septembre

 

Concert inaugural "Hommage à Vasarely"

FONDATION VASARELY
vendredi 19 septembre - 19 heures

JEAN SEBASTIEN BACH - Suite n°3 BWV 1009
Prélude
Allemande
Courante
Sarabande
Bourée 1 et 2
Gigue

  télécharger le fichier .pdf
   

vendredi 19
septembre

 

Invitation.

Hommage à Victor Vasarely

Fondation Vasarely
Aix-en-Provence

19 septembre - 30 octobre

  télécharger le fichier .pdf
   


jeudi 18
septembre

 

De Vasarhelyi à Vasarely.

Inaugurée en février 1976, en la bonne ville d'Aix-en-Provence, la Fondation Vasarely était apparu comme un lieu phare (le seul à cette époque ?) consacré de manière permanente à l'art moderne. Puis il y eut les affaires.

  télécharger le fichier .pdf
   

lundi 15
septembre

 

Institut Hongrois de Paris.
Collegium Hungaricum

Exposition
Hommage à Victor Vasarely

  télécharger le fichier .pdf
   


vendredi 12
septembre

 

Vasarely revient dans ses murs pour six semaines.

Une exposition itinérante de soixante œuvres arrive vendredi à Aix.

  télécharger le fichier .pdf
   


vendredi 12
septembre

 

La série judiciaire s'enrichit de nouveaux épisodes

Fondation Vasarely : L'arbitrage conclu en 1995 est-il valable?

  télécharger le fichier .pdf
   


vendredi 12
septembre

 

Vasarely : querelles éternelles

Les héritiers étaient de retour hier devant la justice. L'enjeu : des centaines de toiles signées du maître de «l'Optical art», et l'avenir de la fondation aixoise.

Perchée sur son promontoire à Aix-en-Provence, la Fondation Vasarely, créée en 1971 par le peintre pour assurer la pérennité de son oeuvre, n'est plus aujourd'hui qu'une coquille presque vide à l'avenir incertain. Pourquoi ? Elle n'a quasiment plus rien à montrer à ses visiteurs. La plus grande partie des oeuvres de Victor Vasarely, le maître de « l'Optical art », du moins toutes celles qui étaient transportables, ont disparu de ses réserves.

 
 

Un combat de dix ans
Deux hommes ont décidé de se battre pour que cette fondation renaisse de ses cendres. Pour Pierre Vasarhelyi, petit-fils du peintre qui en a fait son légataire universel et l'a investi par testament du droit moral sur son oeuvre, il s'agit d'un combat de dix ans pour la mémoire de son grand-père. Pour Me Xavier Huertas, désigné administrateur provisoire de la fondation en octobre 2007, il s'agit de la rétablir dans ses droits.
L'acte fondateur de cette renaissance devait se jouer hier devant la première chambre civile du tribunal de grande instance d'Aix-en-Provence. Me Huertas y avait assigné tous les héritiers du peintre, pour demander que soit reconnue la nullité d'une procédure successorale de 1995, qui avait conduit à la dispersion de la collection. Confronté à plusieurs demandes de nullités, le tribunal a décidé de purger ces requêtes dans un premier temps, renvoyant à une date ultérieure l'examen de l'affaire sur le fond.

Soupçons de fraude
On n'en a pas moins évoqué le fond de ce dossier par la voix de Me Jean-Pierre Gastaud, plaidant aux intérêts de la Fondation Vasarely. Pour lui, la disparition des oeuvres résulte d'une fraude lors de la procédure d'arbitrage successoral, validée en 1995, entre la fondation et les héritiers de la succession de Claire Vasarely, l'épouse du peintre, morte en 1990.
Cette procédure, à une époque où Victor Vasarely était sous tutelle, visait à rétablir André et Jean-Pierre Vasarhelyi dans leurs droits à héritage qui, après la mort de leur mère, étaient réduits à peu de chose du fait des donations consenties par leurs parents entre eux. Elle a abouti à un partage à l'amiable d'un grand nombre d'oeuvres entre les deux fils du peintre. Ces pièces, environ un millier, ont aujourd'hui disparu pour la plupart.

Double casquette
Pour l'administrateur de la fondation, la nullité de cette sentence arbitrale réside essentiellement dans le fait que son maître d'oeuvre était Michèle Taburno-Vasarely, épouse en secondes noces de Jean-Pierre Vasarhelyi (décédé en août 2002). En tant que telle, Michèle Taburno-Vasarely avait un intérêt personnel dans cette répartition des oeuvres, alors même qu'elle aurait dû s'y opposer en tant que présidente de la fondation à cette époque.
Cette double casquette aurait été cachée aux arbitres parisiens qui ont validé la sentence. Depuis 2004, Michèle Taburno-Vasarely, 67 ans, vit à Chicago, en partie de la vente de toiles de son défunt beau-père.

Procédure contestée
Assigné à cette audience, André Vasarhelyi, le second fils du peintre, a fait cause commune avec son neveu Pierre, estimant qu'il avait signé le compromis d'arbitrage par ignorance et par lassitude des conflits familiaux. Il ne se serait vu attribuer qu'un petit nombre d'oeuvres mineures.
Des avocats et des notaires, qui ont eu un rôle de conseil lors de l'arbitrage, ont également été appelés en responsabilité dans cette instance. Leurs défenseurs ont pour la plupart plaidé, soit l'irrecevabilité de la procédure au motif qu'elle intervenait treize ans après une sentence d'arbitrage devenue définitive, soit l'incompétence du TGI d'Aix-en-Provence pour juger cette affaire, au profit de la cour d'appel de Paris.
Le tribunal rendra son délibéré le 16 octobre. Il annoncera sans doute à cette occasion une nouvelle date pour l'audience au fond.

G. D.

  télécharger le fichier .pdf
   


jeudi 11
septembre

 

Succession Vasarely:
le TGI d'Aix dira s'il est compétent le 16 octobre

Il y a 5 jours

AIX-EN-PROVENCE (AFP) — La chambre civile du tribunal de grande instance d'Aix-en-Provence, saisie par la fondation Vasarely, dira le 16 octobre si elle est compétente ou non pour décider de la validité de l'arbitrage successoral entre les deux fils du peintre Victor Vasarely.

 
Le petit-fils du peintre Victor Vasarely, Pierre, assigné par la fondation Vasarely, le 11 septembre 2008 au TGI d'Aix.
 
La fondation conteste cet arbitrage en date de 1995 qui a conduit à la dispersion des oeuvres du peintre d'origine hongroise et l'a, selon elle, dépouillée. Elle a assigné trois membres de la famille du peintre ainsi que plusieurs avocats et réclame soit la restitution des oeuvres soit leur remboursement ainsi que le paiement de 5 millions d'euros de dommages-intérêts.
Les avocats des mis en cause ont soulevé jeudi plusieurs exceptions d'irrecevabilité et demandé au tribunal de se déclarer incompétent au profit du TGI ou de la cour d'appel de Paris.
Les trois membres de la famille mis en cause par l'assignation sont André Vasarely, fils aîné du peintre, Pierre Vasarely, petit-fils du peintre au titre de son père Jean-Pierre décédé en 2002, ainsi que Michèle Taburno-Vasarely, deuxième épouse de Jean-Pierre et présidente de la fondation de 1995 à 1997.
Cette dernière, installée à Chicago (Etats-Unis), a dû remettre, fin juin, son passeport français à un juge de Chicago après avoir été accusée du vol d'oeuvres, notamment du peintre, d'une valeur de plusieurs centaines de milliers de dollars.
La plupart des 1.300 oeuvres originales dont Vasarely (1906-1997) avait doté sa fondation, créée en 1976 par l'artiste, en plus de 18.000 sérigraphies, ont disparu.
Seules 42 oeuvres monumentales subsistent dans le bâtiment aixois de la fondation, inscrit à l'inventaire des monuments historiques.
Certaines oeuvres ont fait l'objet de détournements par Charles Debbasch, ancien doyen de la faculté de droit d'Aix et président de la fondation de 1981 à 1993, qui a été condamné en mai 2005 pour ces détournements à deux ans de prison dont un ferme, alors qu'il se trouvait au Togo.
  télécharger le fichier .pdf
   


jeudi 11
septembre

 

Les Vasarely de retour au tribunal

C'est presque devenu une expo permanente. Hier encore, le cas Vasarely était à l'ordre du jour au tribunal de grande instance d'Aix. A l'affiche, cette fois-ci, un arbitrage successoral de 1995, décidé à la mort de l'épouse du peintre hongrois, à l'issue duquel une grande partie des oeuvres cédées à la fondation aixoise aurait été dispersée au bénéfice de ses deux fils. D'où la requête en justice d'Hubert Huertas, administrateur provisoire de la fondation, qui réclame l'annulation de l'arbitrage, la restitution des oeuvres et le paiement de cinq millions d'euros de dommages et intérêts à la fondation par Michèle Taburno-Vasarely, veuve d'un des fils du peintre et présidente de la fondation à l'époque de la succession. Avant de se pencher sur le fond, le tribunal devait d'abord décider, sur requête de la défense, s'il était compétent sur ce dossier et si les motifs de l'assignation étaient fondés. La dizaine d'avocats représentant les protagonistes de l'arbitrage (héritiers, arbitres...) a successivement souligné hier la parfaite légalité de la succession. « Il n'y a strictement rien de simulé, l'arbitrage attribue à chacun ce qui doit lui revenir », a martelé Claude Lienhard, avocat de Michèle Taburno, dénonçant un « procès en sorcellerie ». Car sa cliente est au coeur de la procédure, accusée d'avoir délibérément organisé le « pillage » de la fondation au profit des héritiers du peintre - dont son mari. Hier, Jean-Pierre Gastaud, avocat d'Hubert Huertas, est ainsi revenu sur sa prise de pouvoir au sein de la fondation en 1995, puis sa décision de procéder à l'arbitrage successoral, dans lequel elle représentait à la fois les intérêts de la fondation et ceux des héritiers. Choix d'arbitres « à qui fait défaut l'indépendance », surévaluation de l'héritage, « pacte » entre les héritiers pour se partager les oeuvres... « Cet arbitrage relève d'une simulation participant d'une mise en scène destinée à masquer le détournement programmé des actifs de la fondation », assène-t-il, rappelant que cette dernière est « au bord de la cessation de paiement ». En attendant de trancher sur la fraude, le tribunal statuera sur la forme le 16 octobre.
  télécharger le fichier .pdf
   


mercredi 10
septembre

 

Indiscrets

Vasarely : 200 certificats en blanc saisis aux USA.

Il se passe toujours quelque chose dans le monde de Victor Vasarely, le peintre mort en 1997, que célèbre une fondation qui se trouve près d'Aix. Ainsi, alors que le tribunal d'Aix doit se pencher ce jeudi 11 septembre sur un héritage toujours très compliqué, on apprend que la police américaine vient de mettre la main sur 200 certificats en blanc à Chicago, où est réfugiée la belle-fille de Vasarely : signés de la main du maître, ces documents auraient permis de réaliser des faux plus vrais que nature.
  télécharger le fichier .pdf
   


vendredi 5
septembre

 

Droit de réponse de Pierre Vasarely à l'article de Libération du 3 septembre 2008.

  télécharger le fichier .pdf
   

jeudi 4
septembre 2008

To : The editors of the "LIBERATION"
From : David Melnick, attorney for Thomas Monahan
Re : Article of September 3, 2008 by Vince Noce

I have read a translation of the article referenced above. Mr. Vincent Noce who wrote the article never contacted Mr. Monahan for his comments on the accuracy of the contents asserted in the article. Mr. Monahan's actions in Chicago have nothing to do with Pierre Vasarely. Mr. Monahan does not assert or contend that Pierre Vasarely is responsible for any of the matters asserted in the referenced article.

On August 29, 2008, the police did not come to Mr. Monahan's private home to seize over 100 pieces of Vasarely art. No archives or works were returned to Michele Vasarely. It is our position that this article is substantially and materially incorrect and unless retracted will mislead the reading public and/or inappropriately interfere with the French court on the eve of its major hearing next week.

Therefore, please accept this correspondence as our demand for a right of response to correct the misinformation published by the referenced article. Further, my client reserves all other rights and remedies relating to same.

David Melnick
cc : Pierre Vasarely (pierre.vasarely@vasarely.net)

  télécharger le fichier .pdf
   


mercredi 3

septembre 2008

Vasarely : un courtier s'essaie au vol de tableaux

Le marchand d'art de Chicago qui accusait en juin la belle-fille du peintre de cambriolage aurait tenté de l'arnaquer.

  télécharger le fichier .pdf
   


lundi 1er

septembre 2008

Vasarely universel

La Fondation Vasarely d'Aix-en-Provence qui ressemble actuellement plus à une jolie coquille vide qu'à un véritable lieu de préservation de l'œuvre du "père fondateur de l'Op Art", va pouvoir retrouver, un peu de sa gloire passée.

  télécharger le fichier .pdf
   


dimanche 24

août 2008

Justice

Charles Debbasch revient... puis repart
  télécharger le fichier .pdf
   


jeudi 21

août 2008

Debbasch, prisonnier indésirable

Bien que visé par un mandat d'arrêt international, Charles Debbasch, ancien doyen de la faculté de droit d'Aix-en-Provence exilé au Togo, s'est rendu sans encombre à Paris le 13 juillet : il s'est présenté, de son plein gré, au service du parquet chargé de l'exécution des peines pour se constituer prisonnier. Mais son arrivée a suscité plus d'embarras que d'intérêt... si bien qu'il est reparti libre sans être fixé sur son sort. Condamné en 2005 pour « abus de confiance » dans l'affaire de la Fondation Vasarely, Debbasch doit purger une peine d'un an de prison, diminuée des deux mois et demi de détention provisoire effectués en 1994. Par l'effet des remises de peine ordinaires, il lui reste moins de six mois à purger, ce qui lui permet d'obtenir un aménagement de sa peine sans retourner en prison. Encore faut-il que la procédure adéquate soit enclenchée-ce que les magistrats se sont refusés à faire. Debbasch a donc repris l'avion pour Lomé. Sans être intercepté.
Hervé Gattégno
  télécharger le fichier .pdf
   


samedi 2

août 2008

Népszabadság :
Franciaország után Chicagóban folytatódik a Victor Vasarely öröksége körül zajló sokéves háborúskodás.
Franciaország után Chicagóban folytatódik a Victor Vasarely öröksége körül zajló sokéves háborúskodás.
A történet elo "zménye, hogy Michèle Vasarely, a magyar származású művész menye néhány évvel ezelőtt az Egyesült Államokba költözött a mester számos képe és archívuma társaságában, hogy kiállításokat szervezzen és előkészítse az op-art feltalálójának munkásságáról szóló katalógust. Néhány nappal ezelo"tt azonban rövid hír tudatta, hogy a francia hölgyet betörés vádjával előállították egy chicagói rendo"ro"rsön. A Népszabadság munkatársának sikerült telefonon elérnie Michèle Vasarelyt, aki részletesen beszámolt az eseményekről. E szerint a hölgy mintegy másfél évvel ezelőtt megismerkedett egy amerikai úrral, akivel szoros munkakapcsolatot alakított ki, együtt dolgoztak különböző projekteken. A számos - részben a gyűjtőktől letétbe helyezett - Vasarely-művet és az archívumot sokáig a meny lakásában tárolták, mígnem az új partner javaslatára - biztonsági és gyakorlatias megfontolásokból - raktárba szállították. Michcle lelkesen fogadta az ajánlatot, és útlevelének másolatát át is adta a készséges úriembernek az ügy intézésére. Meg is köttetett a szerződés, a művek elköltöztek, a hölgy rendületlenül fizette a raktár bérleti díját mindaddig, amíg "a barátnak" egy napon nyoma veszett. Amikor Mme Vasarely be akart menni a raktárba, döbbenten vette észre, hogy valaki lecserélte a lakatot, ezért kénytelen volt eroőszakkal behatolni a helyiségbe, amely teljesen üresen fogadta. Megpróbálta elérni korábbi társát, aki azonban nem vette fel a telefont, ellenben feljelentette Michcle-t, akinek "elfelejtette" megemlíteni, hogy a raktárat saját nevére bérelte ki. Késoőbb üzenet érkezett a felszívódott úr ügyvédjétoől: e szerint a képek egy másik raktárban pihennek. A rendőrségi kihallgatás után a bíróságon folytatódott az affér: felszólították az egykori munkatársat, szolgáltassa vissza tulajdonosának a képeket és az archívumot.
Jelenleg Michèle Vasarely csak reménykedni tud, hogy visszakapja jogos tulajdonát. Leginkább abban bízik, hogy exbarátja megijed a kilátásba helyezett börtönbüntetéstől. Kérdés persze, kinek a megbízásából cselekedett az exbarát. A mostani események mögött felsejlik a Vasarely klán kíméletlen harca az örökségért. A művész halála után több végrendelet maradt, és az örökösök, Pierre, az unoka és Michcle, a meny egymást vádolták csalással, lopással. A perek továbbra sem záródtak le, a felek nem is állnak szóba egymással. A Vasarely Alapítványt kifosztották, a szponzorok elmenekültek, a különleges Aix-en-Provence-i épület pedig egyre rosszabb állapotban van.
• Rózsa Mihály •
  télécharger le fichier .pdf
   


jeudi 31
juillet 2008

The art that plays tricks with our eyes
AIDAN DUNNE
Victor Vasarely (right) with his son Jean-Pierre and grandson Pierre at Annet-sur-Marne, France, in 1966.

An ambitious revival of the work of Hungarian artist Victor Vasarély reminds us how much he has influenced the fields of architecture and design, writes Aidan Dunne.
VICTOR VASARÉLY may not be a name that rolls off the tongue, but he was, not all that long ago, one of the most famous artists in the world. He lived from 1908 to 1997, and he attained the height of his fame in the 1960s although, since then, the public profile and significance of Op Art, the movement he more or less invented and which is closely identified with him, has diminished in importance to the point where it's all but disappeared.
All the more surprising, then, that the Regional Cultural Centre in Letterkenny, together with the Glebe Gallery at Churchill, should take on the task of mounting a Vasarély revival by organising and hosting a retrospective exhibition of his work. It was an ambitious thing to do, but it was worth doing: the show is terrific, both fascinating and easily accessible to a wide audience.
As the art historian Jasia Reichardt observed: "A unique aspect of the movement was its nearly simultaneous arrival on both fronts - the esoteric and the popular." Op Art could be described as a companion to or even a special case of kinetic art, which entails the use of movement. Nothing actually moved in Op Art, but our eyes are often led to believe that something is moving. Op is short for Optical and Op artists exploit the mechanics of vision to create variously intriguing and unsettling effects, turning two dimensions into three, making pictorial space advance and recede, or making it impossible for us to focus and grasp a single image.
Given all that, you can immediately grasp the appeal Op Art holds for everyone, including children. It plays games with our eyes and makes us think about looking and seeing. It is essentially an abstract art, extensively employing geometric patterns. Vasarély worked with black-and-white but he was also brilliant with colour. The other acknowledged precursor and shaper of Op was Joseph Albers, best known for his open-ended project Homage to the Square, which explored the limitless optical possibilities offered by the juxtaposition of colours in a simple geometric format. Vasarély was temperamentally inclined towards greater complication, generating extraordinarily complex virtual worlds of abstraction, though he was not always or exclusively an abstract artist.
VASARÉLY WAS BORN in Pecs, Hungary, in 1908. Initially he studied medicine but switched to art, attending an academy informally known as the "Bauhaus of Budapest" before moving to Paris in 1930. One year later he married Klára Spinner, and he found employment as a graphic artist, working for a number of firms. He was already interested in the ambiguity of perception, and made a number of graphic pieces reminiscent in some respects of MC Escher's elaborate optical illusions. His representational drawings have a poised, Art Deco quality, and over time he was open to a number of influences, including Surrealism and, more pertinently perhaps, Cubism and Futurism, though he characterised much of his early work as consisting of fausses routes ("wrong roads").
While it is striking that his work depends on the exposition of a flawless geometrical logic, rendered with machine-like clarity and precision, the great advantage of seeing his paintings in the flesh is that we can immediately see that they were made by the human hand.
Part of their essence, in fact, is the tension between the nuance of the human touch and the inexorable schemes of order so carefully mapped out by means of that touch. In the late 1940s and early 1950s, Vasarély developed a visual language that, while applied to subjects derived from everyday life, was really abstract. The paintings from this period are really beautiful.
Usually quite small, they employ bold though toned down, slightly burnished colours. Their compositions are made up of interlocking networks of flat colour planes. Although relatively simple in that each features relatively few elements, they are very sophisticated in the way they keep our eyes busily engaged. One would never tire of one of these pictures because there is always some other aspect to discover, another combination of colours and shapes to focus on. Nor are they predictable in a wider sense. Some take off in entirely unexpected directions and are as fresh and immediate as though they were made yesterday.
At the same time, he was working on more challenging, overtly theoretical pieces in black-and-white, and they led on to what might be termed the classical phase of Op. The general trend of his work was crystalised in a group exhibition, Le Mouvement, that took place at his instigation in the Galerie Denise René in 1955. As the title might suggest, the show was a landmark in the development of kinetic art, and included works by Marcel Duchamp, Jean Tinguely and Alexander Calder.
Vasarély himself, though, while he moved quite happily into three dimensions, didn't go on to embrace the fourth, time, in the same way as Tinguely. Time becomes a relevant factor in relation to our perceptual experience of Vasarély's work, rather than the work itself changing over time.
AS HE WENT on to create fantastically complex elaborations of grid-based patterns based on circles, ellipses, squares, rhomboids and triangles, it might seem that the images became increasingly abstract and, in a sense, inhuman. Certainly, the association of abstraction with Modernism, and the pronounced swing away from abstraction and towards exclusively social and psychological meaning in art that came with Post-Modernism, have contributed to Vasarély's drift into relative obscurity. But as curators John Cunningham and Adrian Kelly rightly point out, his art was always profoundly social.
In 1958, he famously wrote that: "I believe that I am able to point to the existence in my works of an architectonic, abstract art from, a sort of universal folk lore, whose language is readily adaptable to the highly developed techniques of urban construction."
It is true that his art is inherently architectonic, and it has been influential in the fields of architecture and design, to the extent that it has entered into contemporary consciousness and is part of the way we see things. It's also true that his notion of modernity and the contemporary have, as is often the case, dated. The present is rarely the future we imagined.
In a wider sense, he was an artistic democrat in that he believed that art is for everyone and should not only be available to everyone but is an essential part of daily life. With his background in design and mass-reproduction, it makes sense that he sought to make his own work generally available by means of high-quality printing processes.
Some of his serigraphs are included in the exhibition and, in their richness of colour and the subtlety of their tonal modulations, they bear out his belief that the essential qualities of his art would come through in reproduction. They are gorgeous objects.
In a way, he anticipated a world of computer graphics and the depthless space of the digital television screen, but what is especially fascinating about the exhibition is the physical actuality of the work. When, in making a black-and-white composition made up of myriad circles and circular fragments, he has to amend a few outline with white gouache, it heightens rather than diminishes the overall effect. He was clearly taken with the purity of edges, how one colour abuts another, yet the perfect edges, and the objective geometry of the compositions, are especially fascinating because they are dreamed up by a mind and fashioned by hand.
• Victor Vasarély (1906-1997), a retrospective exhibition, the Regional Cultural Centre, Port Road, Letterkenny, and The Glebe Gallery, Churchill. Until Aug 30.

© 2008 The Irish Times
  télécharger le fichier .pdf
   


vendredi 18
juillet

 

Droit de réponse de Pierre Vasarely à l'article de Libération du 18 juillet 2008.

  télécharger le fichier .pdf
   


vendredi 18
juillet 2008

Képlopási vád Vasarely menye ellen
Betörés és képlopás címén emelt vádat szerda este az Egyesült Államokban a chicagói ügyészség Victor Vasarely festo"mu"vész menye ellen, akit június 20-án tetten értek, amint több százezer dollár értékben festményeket próbált titokban elvinni a város egyik raktárépületébo"l. Maga az érintett azt hangoztatja, hogy saját képeit akarta biztonságba helyezni, áthelyezni ugyanabban az épületben egy másik raktárba.
A 61 éves Michele Taburno-Vasarely asszony csütörtökön rövid ido"re megjelent a bíróságon és visszautasította az ellene felhozott vádakat. A legközelebbi meghallgatást augusztus 6-ra tu"zték ki.
A Vasarely-család tagjai és a Vasarely-alapítvány vezeto"i évek óta pereskednek a magyar származású mu"vész örökségéért, a "képlopás" ennek a viszálynak a legújabb epizódja. Az "op-art feltalálója", a maga idejében az egyik legsikeresebb franciaországi kortárs alkotó 1300 eredeti mu˝vet, valamint 18 000 szerigráfiát hagyományozott az alapítványra. Ezek nagyobb részének azonban nyoma veszett, miközben a mu˝vész alkotásai iránt mind nagyobb a kereslet.
1995-ben dönto"bírósági eljárással osztották fel a gyu"jteményt a mu"vész két fia között, ezt követo˝en a mu"vek szétszóródtak. A Vasarely-alapítvány megtámadta a dönto"bíróság határozatát és beperelte a család három tagját, köztük Michele Taburno-Vasarelyt, azt követelve to"lük, hogy szolgáltassák vissza a képeket és grafikákat - avagy fizessenek 5 millió euró (1 146 000 000 forint) kártérítést.
Vasarely menye szerint valójában az a galériatulajdonos akarta megkaparintani az örökségének részét alkotó képeket, amelynek a raktárában azokat elhelyezték - ezért akarta máshová vinni o"ket. "Az, hogy vádat emeltek ellenem, még nem jelenti, hogy bu"nös is vagyok" - mondta az újságíróknak a chicagói bíróságról távozóban.
  télécharger le fichier .pdf
   


vendredi 18

juillet 2008

Michèle Vasarely inculpée de vol à Chicago
ART. La belle-fille du peintre Victor Vasarely a été inculpée mercredi de cambriolage et vol après avoir déménagé clandestinement des tableaux d'une valeur de plusieurs centaines de milliers de dollars d'un entrepôt de Chicago.
Michèle Taburno-Vasarely, 61 ans, avait été brièvement arrêtée le 20 juin alors qu'elle déplaçait clandestinement les toiles d'un entrepôt à un autre situé dans le même immeuble, selon l'avocat du galeriste de Chicago qui entreposait à l'origine les oeuvres, et qui a évalué leur valeur à 575.000 dollars.
Le galeriste Thomas Monahan, qui avait entreposé ces milliers d'œuvres pour le compte de Mme Taburno-Vasarely, assure qu'il a commencé à s'inquiéter de la provenance des tableaux en apprenant qu'une procédure judiciaire était en cours en France.
Son avocat lui a alors conseillé de ne pas y toucher avant de savoir exactement à qui elles appartiennent.
L'avocat de Michèle Taburno-Vasarely affirme pour sa part que le galeriste voulait vendre des tableaux sans en avoir l'autorisation.
La belle-fille de l'artiste d'origine hongroise, maître de l'Op art, clame son innocence et affirme que les œuvres lui appartiennent.
" Etre accusé, cela ne veut pas dire que quelqu'un est coupable, pas du tout, pas du tout", a-t-elle dit à l'AFP.
" 'Donné' et 'volé', ce n'est pas le même mot. Moi, je suis arrivée [aux Etats-Unis] avec ce qui m'appartenait, que j'ai mis dans un storage [garde-meuble] qui m'appartenait", a-t-elle expliqué.
Tout ceci, "c'est pour faire du bruit, c'est pour me diffamer, c'est pour faire croire que j'ai volé. Moi, c'est très simple, je travaille avec mes œuvres, je les mets dans les musées, et on sait très bien que quand on vole on ne les met pas dans un musée", s'est défendue Mme Taburno-Vasarely.
La famille Vasarely est au cœur d'une bataille judiciaire depuis plusieurs années. La plupart des 1.300 oeuvres originales dont l'artiste avait doté la Fondation qui porte son nom, en plus de 18.000 sérigraphies, ont disparu, alors que la cote du peintre a beaucoup monté ces dernières années.
La Fondation, basée à Aix-en-Provence et placée sous administration provisoire depuis octobre 2007, conteste un arbitrage successoral de 1995 entre les deux fils du peintre, qui a conduit à la dispersion des œuvres.
Elle a assigné en justice trois membres de la famille, dont Michèle Taburno-Vasarely, leur réclamant la restitution des œuvres ou leur remboursement ainsi que le paiement de 5 millions d'euros de dommages-intérêts.
Le tribunal de grande instance d'Aix-en-Provence doit examiner cette assignation le 11 septembre.
" C'est complètement injuste, estime Mme Taburno-Vasarely. Au début c'est moi qui ai eu des problèmes dans l'affaire Vasarely... Maintenant, ils m'accusent d'avoir volé des tableaux de la Fondation, ce n'est matériellement pas possible parce que je ne suis pas allée" en France, assure-t-elle. Mais "si je dois payer le prix ici, je le paierai. Le prix, c'est une image, je dois défendre l'œuvre".
Fin juin, elle a passé deux nuits en prison à Chicago avant d'être remise en liberté contre le versement d'une caution de 125.000 dollars.
Une condamnation à Chicago pour cambriolage peut entraîner une peine maximale de 7 ans de prison et celle de vol une peine pouvant aller jusqu'à 15 ans d'emprisonnement.
Une audition est prévue le 6 août, a ajouté le bureau du procureur américain.
  télécharger le fichier .pdf
   


jeudi 17

juillet 2008

Képlopási vád Vasarely menye ellen
HVG. HU
17 juillet 2008
Képlopási vád Vasarely menye ellen
Betörés és képlopás címén emelt vádat szerda este az Egyesült Államokban a chicagói ügyészség Victor Vasarely festo"mu"vész menye ellen, akit június 20-án tetten értek, amint több százezer dollár értékben festményeket próbált titokban elvinni a város egyik raktárépületébo"l. Maga az érintett azt hangoztatja, hogy saját képeit akarta biztonságba helyezni, áthelyezni ugyanabban az épületben egy másik raktárba.
A 61 éves Michele Taburno-Vasarely asszony csütörtökön rövid ido"re megjelent a bíróságon és visszautasította az ellene felhozott vádakat. A legközelebbi meghallgatást augusztus 6-ra tu"zték ki.
A Vasarely-család tagjai és a Vasarely-alapítvány vezeto"i évek óta pereskednek a magyar származású mu"vész örökségéért, a "képlopás" ennek a viszálynak a legújabb epizódja. Az "op-art feltalálója", a maga idejében az egyik legsikeresebb franciaországi kortárs alkotó 1300 eredeti mu"vet, valamint 18 000 szerigráfiát hagyományozott az alapítványra. Ezek nagyobb részének azonban nyoma veszett, miközben a mu"vész alkotásai iránt mind nagyobb a kereslet.
1995-ben dönto"bírósági eljárással osztották fel a gyu"jteményt a mu"vész két fia között, ezt követo"en a mu"vek szétszóródtak. A Vasarely-alapítvány megtámadta a dönto"bíróság határozatát és beperelte a család három tagját, köztük Michele Taburno-Vasarelyt, azt követelve to"lük, hogy szolgáltassák vissza a képeket és grafikákat - avagy fizessenek 5 millió euró (1 146 000 000 forint) kártérítést.
Vasarely menye szerint valójában az a galériatulajdonos akarta megkaparintani az örökségének részét alkotó képeket, amelynek a raktárában azokat elhelyezték - ezért akarta máshová vinni o"ket. "Az, hogy vádat emeltek ellenem, még nem jelenti, hogy bu˝nös is vagyok" - mondta az újságíróknak a chicagói bíróságról távozóban.
  télécharger le fichier .pdf
   


jeudi 17
juillet 2008

Mme Taburno-Vasarely 2001

La nuera del pintor Vasarely, acusada de robo de cuadros en EEUU
17/07/2008

CHICAGO, EEUU (AFP) — La nuera del pintor francés de origen húngaro Victor Vasarely fue acusada el miércoles por la noche de robo, después de trasladar clandestinamente cuadros por valor de varios cientos de miles de dólares de un depósito de Chicago (Illinois, norte), anunció el fiscal.
Michèle Taburno-Vasarely, de 61 años, detenida el 20 de junio y luego dejada en libertad, clama su inocencia y afirma que las telas en cuestión le pertenecían, acusando a la galería donde las tenía guardadas de haber querido robárselas. "Estar acusada no quiere decir que alguien sea culpable, para nada", dijo a la AFP, al dejar el tribunal de Chicago.
Por ahora no hay copias del acta de la acusación ni detalles de los cargos en contra de Taburno-Vasarely disponibles, dijo a la AFP la oficinal del fiscal del condado de Cook. Está prevista una audiencia para el 6 de agosto, añadió la oficina del fiscal.
Taburno-Vasarely fue detenida cuando trasladaba las telas de un depósito de un galerista a otro situado en el mismo edificio, según el abogado del galerista de Chicago, que valuó las obras en 575.000 dólares.
La familia Vasarely está en el centro de una batalla judicial que lleva varios años. La mayoría de las 1.300 obras originales que el artista donó a la Fundación que lleva su nombre, además de 18.000 serigrafías, desaparecieron. La cotización de este maestro del Op Art aumentó fuertemente en los últimos años.
La Fundación reclama un fallo de 1995 que zanjó una querella entre los dos hijos del pintor y llevó a la dispersión de las obras.
  télécharger le fichier.pdf
   


jeudi 17
juillet 2008

Mme Taburno-Vasarely 2001

La belle-fille de Vasarely, inculpée de vol de tableaux aux USA
Il y a 4 heures
CHICAGO (AFP) — La belle-fille du peintre français Victor Vasarely, inculpée aux Etats-Unis du vol de tableaux d'une valeur de plusieurs centaines de milliers de dollars, clame son innocence et affirme que les oeuvres lui appartiennent.
Nouvel épisode d'une saga judiciaire et familiale qui dure depuis des années, Michèle Taburno-Vasarely, 61 ans, a été inculpée mercredi soir à Chicago (Illinois, nord) de cambriolage et vol après avoir été arrêtée le 20 juin puis remise en liberté.
La belle-fille de l'artiste d'origine hongroise, maître de l'Op art, avait été arrêtée alors qu'elle déplaçait clandestinement les toiles d'un entrepôt à un autre situé dans le même immeuble, selon l'avocat du galeriste de Chicago, entreposant à l'origine les oeuvres, qui a évalué leur valeur à 575.000 dollars.
Aucune copie de l'acte d'accusation ni détails des charges retenues contre Mme Taburno-Vasarely n'étaient disponibles dans l'immédiat, selon le bureau du procureur du comté de Cook.
Une condamnation pour cambriolage peut entraîner une peine maximale de 7 ans de prison et celle de vol une peine pouvant aller jusqu'à 15 ans d'emprisonnement.
Une audition est prévue le 6 août, a ajouté le bureau du procureur.
" Etre accusé, cela ne veut pas dire que quelqu'un est coupable, pas du tout, pas du tout", a-t-elle dit à l'AFP, en quittant le tribunal de Chicago où elle a fait une brève apparition.
" 'Donné' et 'volé, ce n'est pas le même mot. Moi, je suis arrivée (aux Etats-Unis, ndlr) avec ce qui m'appartenait, que j'ai mis dans un +storage+ (garde-meuble) qui m'appartenait", a-t-elle expliqué.
Tout ceci "c'est pour faire du bruit, c'est pour me diffamer, c'est pour faire croire que j'ai volé. Moi, c'est très simple, je travaille avec mes oeuvres, je les mets dans les musées, et on sait très bien que quand on vole on ne les met pas dans un musée", s'est défendue Mme Taburno-Vasarely.
Le galeriste Thomas Monahan, qui avait entreposé des milliers d'oeuvres dans un premier entrepôt de Chicago pour le compte de Mme Taburno-Vasarely, assure qu'il a commencé à s'inquiéter de la provenance des tableaux en apprenant qu'une procédure judiciaire était en cours en France.
Son avocat lui avait alors conseillé de ne pas toucher aux oeuvres avant de savoir exactement à qui elles appartenaient.
L'avocat de Michèle Taburno-Vasarely affirme pour sa part que le galeriste voulait vendre des tableaux sans en avoir l'autorisation.
La famille Vasarely est au coeur d'une bataille judiciaire depuis plusieurs années. La plupart des 1.300 oeuvres originales dont l'artiste avait doté la Fondation qui porte son nom, en plus de 18.000 sérigraphies, ont disparu, alors que la cote du peintre a beaucoup monté ces dernières années.
La Fondation conteste un arbitrage successoral de 1995 entre les deux fils du peintre qui a conduit à la dispersion des oeuvres. Elle a assigné en justice trois membres de la famille, dont Michèle Taburno-Vasarely, leur réclamant la restitution des oeuvres ou leur remboursement ainsi que le paiement de 5 millions d'euros de dommages-intérêts.
"C'est complètement injuste, estime Mme Taburno-Vasarely. Au début c'est moi qui ai eu des problèmes dans l'affaire Vasarely... Maintenant, ils m'accusent d'avoir volé des tableaux de la Fondation, ce n'est matériellement pas possible parce que je ne suis pas allée" en France, assure-t-elle. Mais "si je dois payer le prix ici, je le paierai. Le prix, c'est une image, je dois défendre l'oeuvre".
  télécharger le fichier.pdf
   


jeudi 17
juillet 2008

Mme Taburno-Vasarely 2001

The Citizen
Vasarely's daughter-in-law charged with art theft
Published : 17/07/2008 02:47:01
Vasarely's daughter-in-law charged with art theft
CHICAGO (AFP)
The daughter-in-law of op art pioneer Viktor Vasarely, Michele Taburno-Vasarely, pictured in 2001, was charged with burglary and theft after being caught removing hundreds of thousands of dollars in art work from a storage facility in Chicago, prosecutors said Wednesday.
The daughter-in-law of op art pioneer Viktor Vasarely, Michele Taburno-Vasarely, pictured in 2001, was charged with burglary and theft after being caught removing hundreds of thousands of dollars in art work from a storage facility in Chicago, prosecutors said Wednesday.
The daughter-in-law of op art pioneer Viktor Vasarely was charged with burglary and theft after being caught removing hundreds of thousands of dollars in art work from a storage facility in Chicago, prosecutors said Wednesday.
Michele Taburno-Vasarely insists that the paintings she tried to take, some by her famous father-in-law, actually belong to her and said she would be vindicated at trial.
" Being indicted doesn't mean one is guilty - not at all, at all, at all," Taburno-Vasarely told AFP after making a brief court appearance.
" It's the entire affair that's important. It's not the very beginning ... Wait for the next chapter."
A copy of the indictment and details of the charges were not immediately available, a spokesman for the Cook County prosecutor's office told AFP.
The burglary charge carries a maximum penalty of seven years in jail while the theft charge carries a maximum penalty of 15 years.
Taburno-Vasarely will formally enter a plea at an arraignment scheduled for August 6, he added.
Taburno-Vasarely was discovered trying to move the bubble-wrapped paintings into an adjacent storage unit on July 20.
The gallery owner, Thomas Monahan, said he had been storing thousands of pieces for Taburno-Vasarely but became concerned about their provenance when he heard of an inquiry currently under way in France.
His lawyer advised him to hold onto the works until rightful ownership could be established. Taburno-Vasarely's lawyer said he had no right to do so and accused him of trying to sell the work without permission.
Vasarely's family was awarded custody of much of his work in a 1995 decision that a foundation he established in 1971 is currently trying to overturn.
Nearly all of the 1,300 original works and 18,000 silkscreen prints donated to the foundation have disappeared.
Taburno-Vasarely, who led charge against a foundation director who was eventually convicted of embezzlement for pilfering the collection and stealing its funds, insists that she holds the legal title to all the works in question.
While she would not disclose how many pieces she owned, she laughed at the idea that there were thousands.
" Soon I'll have more works than the artist painted!" she said while awaiting the grand jury's decision.
The diminutive Frenchwoman said her collection contains only those pieces which were given to her by her husband and brother-in-law out of gratitude for her work in uncovering the embezzlement at the foundation.
" The word given and the word stolen are not the same word," she said.
" I arrived (in the United States) with what belonged to me and what belonged to me I put in storage."
Taburno-Vasarely said she was confident that the French inquiry will determine she had rightful ownership of the works and plans to donate them to museums in the United States upon her death.
" Now they're accusing me of stealing paintings from the foundation - it's simply not possible," she said.
" It's to make noise, to defame me, it's to make people believe I'm a thief," she said of the inquiry in France.
" I've stolen nothing. It's very simple. I work with the works. I put them in museums and we all know that when you steal you don't put it in a museum because you'd get caught."
  télécharger le fichier.pdf
   


dimanche
13 juillet 2008

The small picture.
Family feud fails to stop Donegal's op art coup.

  télécharger le fichier .pdf
   

samedi 12
juillet 2008

Victor Vasarely – works 1930 – 1979

Gyözö

My grandfather, or “Gyözö”, as his wife Claire, his sons André, Jean-Pierre and myself, affectionately called him, in private, loved to evoke his attachment to Hungary and to Pécs, his native city, whose history he knew so well. Victor Vasarely bore witness, as soon as he had the chance to do so, to what had been his crucial luggage when he left Hungary in 1930 for Paris, at the age of 24 and not 22, having been born in 1906 and not in 1908, as he would flirtatiously claim …

He would recall with great tenderness his primary school years, his education at the “citizens school”, equivalent to secondary school, and his brief studies in the Faculty of Medicine. From then on drawn to art, his choice centred on Alexandre Bortnyik, the great Hungarian Master, who relayed the key lessons from the Weimar Bauhaus School to those of the Muhëly Academy in Budapest. In the space of three years of rigorous training, Bortnyik, would inculcate in him the fundamental principles which underpinned his creation, all the techniques minutely acquired which would contribute to his success in the art of advertising first of all, then, in the visual arts afterwards.

It was also in the Muhëly that Victor Vasarely would meet Claire, a highly gifted pupil, who would become his wife, and who would abandon her own creations in order to devote herself, until her death in 1990, exclusively to the oeuvre of her husband, thus arraying it with such great importance for the latter.

As his fame as an internationally recognised visual artist dated from 1955, Victor Vasarely would endow Gordes in 1970, Aix-en-Provence and Pécs in 1976, then Budapest in 1986, with a set of major works in favour of a French Foundation and two Hungarian museums designed to house them. In this way, he would show his gratitude to the two countries which were dear to him; one, for having awoken in him the pride in his roots and the other, for having enabled him to achieve a life whose sole purpose was art. Vasarely’s oeuvre is universal: in fact, it introduced a development on the notion “form – colour” based on a language understood by all.

As the folklore and the language of his origins had always inspired him, many works thus bear Hungarian names; but the discipline and diversity of his country of adoption would contribute to his world influence. That is what this travelling exhibition illustrates:
- in the Art Museums of Donegal : July-August,
- in the Vasarely Foundation of Aix-en-Provence : September-October,
- to finish up in the Vasarely Museum of Pécs : November-December.

The special initiative of these three European structures merits our thanks, in particular for the loans from the Hungarian museum and from several individuals. Once again, the fascination of the “Vasarelian” creation will enchant and enrich the visual arts world of visitors.

With my wife and my children, I had the opportunity to stay with our friends Mireille and John, in Ardara, over Easter 2005, which let us get to know Donegal. It is, therefore, with much emotion that I return to this beautiful warm region which would not have gone unnoticed by Victor Vasarely, he who was so close to nature, as his period known as “Belle Isle” testifies, Breton island, his own Ireland. I must thank the following: the Vasarely Museum of Pécs, represented by its Director, Mr József Sárkány, for its key contribution; the Vasarely Foundation, administered by Mr Xavier Huertas; – and not forgetting Mr Jacques Mandelbrojt, my visual artist friend from Marseilles, without whom I would never have met Messrs Adrian Kelly and John M. Cunningham, curators of the Regional Cultural Centre and of the Glebe Gallery, so prompt to vote for paying homage in 2008 to the “father of Op-Art”.

Pierre Vasarely

  télécharger le fichier.pdf
   

samedi 12
juillet 2008

Victor Vasarely – works 1930 – 1979

  télécharger le fichier.pdf
   

samedi 12
juillet 2008

Cuireadh Invitation
Regional Cultural Centre

  télécharger le fichier.pdf
   

samedi 12
juillet 2008

The Glebe Gallery
Church hill, Letterkenny

  télécharger le fichier.pdf
   


vendredi 11
juillet 2008

Dekorációnak vagy a retró jegyében, esetleg a klasszikus kortárs mu"vészet piaci hisztériája nyomán vásárolják képeit több százezer dollárért New Yorktól Dubajig, Londonban, Párizsban és Bécsben. A lexikonok szerint „magyar származású”. Mostanában pedig már azt sem tudni, hogy ki kezelheti az örökségét. Victor Vasarelyro"l van szó.
hvg kezdo"lapnak
11 juillet 2008.
Dekorációnak vagy a retró jegyében, esetleg a klasszikus kortárs mu"vészet piaci hisztériája nyomán vásárolják képeit több százezer dollárért New Yorktól Dubajig, Londonban, Párizsban és Bécsben. A lexikonok szerint „magyar származású”. Mostanában pedig már azt sem tudni, hogy ki kezelheti az örökségét. Victor Vasarelyro"l van szó.
Ö tvenes évekbeli (nem op-artos) munkáit Vasarely a Pesti Mu"hely mu"vészeivel szitáztatta. Elismeréséül és fizetségül példányokat adott Fajó Jánoséknak a számozott és aláírt mappákból. (Harminc darab készült, egyenként 10-10 lappal.) Ezt a sorozatot állítja ki – néhány, ugyancsak szitatechnikával készült objekt kíséretében – a Fény Galéria.
Nem is lehetett másként, mint hogy Vasarely és az 1973-ban alapított Pesti Mu˝hely útjai egyszer találkozzanak: a mu"vészet általuk közösen áhított és célul kitu"zött demokratizálásának egyik módja a soksorosítás. A Benczúr utcai mu"helyben készült Kassák- és Schöffer-mappát, valamint Vasarely most kiállított sorozatát Bányász Éva, Boros Tamás és Fajó János nyomtatta nagy mu"gonddal. Alapszínek és mértani formák játéka jellemezte Vasarely munkáit az ötvenes években éppúgy, mint Fajóékét a nyolcvanasokban, így az együttmu"ködés inkább a Franciaországban élo" mester számára jelenthetett ido˝utazást, aki addigra túllépett a geometrikus absztrakción. Vasarely esetében szinte a teljes életmu" rekonstruálható nyomatok segítségével, nála a szita a mu˝vészi program része volt – ezzel együtt a jó és a rossz értelemben vett kommerszé.
Dekorációnak vagy a retró jegyében, esetleg a klasszikus kortárs mu˝vészet piaci hisztériája nyomán vásárolják képeit több százezer dollárért New Yorktól Dubajig, Londonban, Párizsban és Bécsben. A lexikonok szerint „magyar származású”. Mostanában pedig már azt sem tudni, hogy ki kezelheti az örökségét, amely talán nem sokáig marad ott, ahol van, a mu"vész nevét viselo" Aix-en-Provence-i múzeumban.
Nehéz elhinni, hogy az idén százéves (vagy tán már két éve az) Victor Vasarely lenne a legkeresettebb magyar (eredetu") mu"vész a világon. Pedig így van. Reklámgrafikusként indult, és sokak szerint sohasem haladta meg a dekorato"r szerepét, amelyet még Bortnyiknál sajátított el Magyarországon. Alighanem az op-art keltette retróérzés és a manapság érvényesnek látszó gyu"jto"i trend–amely szerint hatalmas felületeket egy-egy gigantikus méretu", látványos mu"vel kell beteríteni–egyaránt Vasarely malmára hajtja a vizet. És a mu"kereskedo"k is rajta tartják a gyu"jto"k tekintetét.
A Vasarely Alapítvány története címszó alatt zajló pszichokrimi lassan úgy ér véget, hogy az 1976-ban épült Aix-en-Provence-i épületkomplexumból kitessékelik a tekintélyes hagyatékra létrehozott alapítványt, és helyette egy mu"vészetkutató központot hoznak létre, amely fölött a tisztesség kedvéért Vasarely szelleme lebegne. A hagyatékot ugyanis Charles Debbasch–aki tizenkét évig (1981-1993) igazgatta az alapítványt–gyakorlatilag lenullázta: háromszáz képet tüntetett el 42 millió frank értékben. Három éve 150 ezer euró pénzbüntetésre és két év egy évre felfüggesztett börtönbüntetésre ítélték, vagyis már megúszta.
Minden örökös és magát örökösnek tekinto" ember perben és haragban áll egymással: elso"sorban Pierre, az egyetlen unoka, aki egy bírósági végzés szerint ez ido" tájt az alapítvány igazgatója, és az amúgy mu"vészettörténész Michelle, Vasarely másik fiának az özvegye, aki a centenáriumi kiállítássorozat kurátoraként dolgozott, és egy életmu"-katalógus összeállításán munkálkodik. (Szakmai szempontból o"t tekintik hiteles szakérto"nek.) Egy darabig együtt igazgatták az alapítványt, majd mindketten lopással és az Alzheimer-kóros mu"vész megtévesztésével vádolták meg a másikat, így jelenleg egymástól függetlenül és egymás ellenében, a maguk belátása szerint sáfárkodnak a Vasarely névvel és szellemi hagyatékkal. (Mindketten mu"ködtetnek egy-egy „hivatalos” Vasarely-honlapot –vasarely.net és vasarely.com - , az Amerikában élo" Michelle-é messze gazdagabb, Pierre a neki kedvezo" bírósági végzésekkel rakta tele az oldalt.) Az unoka most Sarkozy elnökhöz fordult az intézmény megmentése érdekében, mert úgy néz ki, hogy az otthagyott jelentéktelen mu"vek és azok bármilyen szisztéma szerinti kiállítása vagy kiadása még a fu"tésszámlát és a személyzet fizetését sem fedezi.
Eközben nincs az a kortárs- (post-war and contemporary) árverés szerte a világon, ahol ne indítanának komoly becsértéken Vasarely-olajképet (a printek között pedig nyomatokat). A felso" határ 350 ezer dollár körül alakul. Az 1959 - 1961-es keltezésu" Metagalaxi 337 ezer dollárt ért tavaly novemberben New Yorkban (Sotheby’s), míg 2007 májusában ugyanott (bár a Christie’snél) a Teke címu" darab (1956 - 1960) 348 ezer dollárba került. Érdekes lehet, hogy mindkét tétel a mu"vész fekete-fehér képei közül származik, ezek még szitaként is nemegyszer 6-8 ezer dollárig vitték.
Nem véletlen, hogy Vasarely választott hazájában, a francia árverezo"knél (Hantai Simonnal és Szenes Árpáddal együtt) ugyancsak elmaradhatatlan része a kortárspiacnak, viszont már Bécsben is hozza az árakat: 2007-ben a Dorotheumnál a hetedik legdrágább kortárs tétel fu˝zo˝dött a nevéhez, miután az 1975/89-es keltezéssel ellátott Retze 144 ezer euróért ment el.
A magyar piacnak egyelo"re maradnak a sokszorosított grafikák. Az egyenként számozott és aláírt lapokból álló mappák 300--500 ezer forint körül cserélnek gazdát el (ezeket a legtöbbször könyvaukciókon, a „mu"vészeti könyvek" kategóriájában indítják), a lapok nagyjából 70--90 ezer forintba kerülnek. És bár nem illik kiállítások tárgyait recenzióban forintosítani, de talán itt megemlíthetjük, hogy a teljes Az ötvenes évek címu" mappa 420 ezer forintról indult 2005 novemberében a Nagyházi Galéria aukcióján. Elkészültekor 1200 forint volt az ára. (Megtekintheto" július 25-ig.)
Gréczi Emo"ke
  télécharger le fichier.pdf
   


mardi 5
juillet 2008

Victor Vasarely (1906-1997)
Works 1930 – 1980

Regional Cultural Center Letterkenny & The Glebe House and Gallery, Churchill (Donegal, Ireland).
‘ Art for all.’

Victor Vasarely (1906-1997) is internationally recognised as one of giants of 20th century art. He is the acknowledged leader of the Op Art movement, and his innovations in colour and optical illusion and in the democratisation of art, have had a profound influence on contemporary art and design.
Vasarely was born in Pécs, Hungary in 1906. He studied at the Mühely Academy (also known as the Budapest Bauhaus), where he became familiar with contemporary research in colour and optics by Albers, Moholy-Nagy and the Constructivists Malevich and Kandinsky. In 1930, he moved to Paris and for the next thirteen years, he devoted himself to graphic studies. In 1944, he held his first Parisian exhibition at the Galerie Denise René (which he helped found) and became the recognised leader of the avant-garde group of artists affiliated with the gallery.
By 1947, Vasarely had discovered his true place in abstract art. Influenced by his experiences at Breton Beach of Belle Isle, he concluded that “internal geometry” could be seen below the surface of the world and that form and colour are inseparable - “Every form is a base for colour, every colour is the attribute of a form.” During the 1950’s, he wrote a series of books on the use of optical phenomena, arguing that visual dynamics (plastique cinétique) relied on the eye of the viewer (who he considered to be the sole creator of the work), playing with optical illusions. In 1955, Vasarely initiated a (now legendary) group exhibition at Galerie Denise René entitled ‘Le Mouvment’ (the motion). In addition to Marcel Duchamp and Alexander Calder, it included works by Yaacov Agam, Pol Bury, Jesús Rafael Soto, Yaakov Agam and Jean Tinguely, which provided a framework and impetus for the artists who were laying the foundations of Kinetic Art.
In 1965, following the inclusion of his art in the Museum of Modern Art’s – ‘The Response Eye’ exhibition, Vasarely became an international art superstar and for the next twenty years, the public’s appetite for his dynamic works was insatiable.
He died in Paris, in 1997, just shy of his 91st birthday.
The Regional Cultural Centre and The Glebe House & Gallery are delighted to offer the Irish public an unprecedented opportunity to appreciate and engage with the extraordinary artistic and cultural output of Victor Vasarely and his influence on 20th Century Art and beyond. Accompanied by a comprehensive catalogue.

VICTOR VASARELY (Works 1930 – 1955)
Thursday 10th July – Saturday 30th August
Churchill, The Glebe Gallery
11am – 6.30pm
The Glebe Gallery exhibition examines Vasarely’s early career from 1930 – 1955. Focusing on his initial influences and on the development of his orginal geometric abtract language. These were primarily drawn from his observations of the everyday, be they the white tiled walls of the Rochereau Métro Station (Paris): the ellipsoid pebbles and shells found on the Breton coast at Belle Île (1947): or the cubic houses of Gordes in Provence-Alpes-Côte d’Azur (1948). From these, he developed kinematic images to create dynamic and dizzying impressions as depicted in his iconic ‘Noir et blanc’ and ‘Photographimses’ series (1951- 1955).
VICTOR VASARELY (Works 1956 – 1980)
Thursday 10th July – Saturday 30th August
Letterkenny, Regional Cultural Centre
11am – 5pm Tuesday – Friday
1pm - 5pm Saturday (Open daily for the duration of the festival)
Vasarely believed in the social function of art in society and in the artist as a contributor and catalyst for social progress. His work was an accessible vision that integrated art into everyday life. Today, in the Digital Age of the Internet, Vasarely’s art takes on new relevance and not just in his illusionistic paintings. The exhibition will focus on the creation of his ‘Unité Plastique’ and ‘Planetary Folklore’ series of the 50’s / 60’s, and on his development of the ‘Vega’ works and his ‘veneration of the hexagon’ in the 70’s.
Le Mouvement 2008
Thursday 10th July – Friday 15th August
Letterkenny, Regional Cultural Centre, Workshop 3
11am – 5pm
A re-creation of the famous kinetic and Op Art exhibition ‘Le Mouvement’ (Paris 1955), as interpreted by a group of primary students and artist Mhairi Sutherland. Includes a process room. Come and try make your own Vasarely’s!
VICTOR VASARELY RETROSPECTIVE
Seminar Sunday 13th
11am – 1pm Gallery Space, Regional Cultural Centre, Letterkenny
Free
Pierre Vasarely (Foundation Vasarely, France), Dr Józef Sárkány (Vasarely Museum, Hungary) and Adrian Kelly (Glebe Gallery) discuss the life and works of Victor Vasarely.

  télécharger le fichier .pdf
   


vendredi 4
juillet 2008

  télécharger le fichier.pdf
   


mardi 1er
juillet 2008

Droit de réponse

  télécharger le fichier .pdf
   


lundi 30
juin 2008

  télécharger le fichier .pdf
   


Lundi 30
juin 2008

Arts, Briefly
Artist’s Daughter-in-Law Accused of Theft
Compiled by STEVEN McELROY
Published : June 30, 2008

The daughter-in-law of the Op Art pioneer Victor Vasarely has surrendered her French passport after being accused of stealing artwork from a storage site in Chicago that was being rented by a dealer, Agence France-Presse reported. The artist’s daughter-in-law, Michèle Taburno-Vasarely, said the paintings that she was trying to take belonged to her and that she feared that the gallery owner, Thomas Monahan, was planning to steal them from her. Mr. Monahan said he had indeed been storing thousands of pieces for Ms. Taburno-Vasarely but became concerned about how she had obtained them when he heard of an inquiry now under way in France. He said his lawyer had advised him to hold on to the works until rightful ownership could be established. Prosecutors asked a county judge to postpone Ms. Taburno-Vasarely’s case until July 16 and said they intended to seek a grand jury indictment on felony theft charges. She was arrested on June 22 when the authorities discovered her trying to move the bubble-wrapped paintings from Mr. Monahan’s unit into an adjacent one. She was released on a $125,000 bond two days later. Mr. Vasarely died in 1997.
  télécharger le fichier.pdf
   


Vendredi 27
juin 2008

ART & CRIME
Vasarely Daughter-in-Law Arrested for Theft of Artworks
By ARTINFO
Published : June 27, 2008

CHICAGO—The daughter-in-law of Op Art pioneer Viktor Vasarely was arrested Friday after being accused of stealing artworks by Vasarely worth more than $500,000 from a Chicago storage facility, reports the Agence France-Presse.
Michele Taburno-Vasarely, 61, was discovered trying to move the works into an adjacent storage unit along with an accomplice on June 20. She spent two nights in jail before being released on bond.
Taburno-Vasarely told a Chicago court Sunday that the paintings belonged to her and accused the gallery owner who was storing them of trying to steal them. The gallery owner, Thomas Monahan, said he had been storing thousands of pieces for Taburno-Vasarely but became concerned about their provenance when he heard of an inquiry under way in France, where a court hearing is scheduled for September 11, 2008. The hearing will inquire into the removal in the late 1990s of thousands of works by Vasarely from the foundation he established in Aix-en-Provence and of which Taburno-Vasarely previously served as president. Monahan's lawyer advised him to hold onto the works until ownership could be confirmed; Taburno-Vasarely's lawyer said he had no right to do so and accused him of trying to sell the work without her permission.
Prosecutors asked a county judge to postpone Taburno-Vasarely's case until July 16 and said they intend to seek a grand jury indictment on felony theft charges. The judge agreed and asked her to surrender her passport, which had expired.
Vasarely's family was awarded custody of much of his work in 1995, a decision that his foundation is trying to overturn. Nearly all of the 1,300 original works and 18,000 silkscreen prints donated to the foundation have disappeared.
  télécharger le fichier.pdf
   


Vendredi 27
juin 2008

CHICAGO (AFP) — The daughter-in-law of op art pioneer Viktor Vasarely surrendered her French passport Friday after being accused of stealing hundreds of thousands of dollars in art work from a storage facility in Chicago.
Michele Taburno-Vasarely insists that the paintings she tried to take actually belong to her and accuses the gallery owner who was storing them for her of trying to steal them.
" He stole everything and all I wanted to do was get them back," the diminutive 61-year-old told AFP after leaving a Chicago courtroom.
Prosecutors asked a county judge to postpone her case until July 16 and said they intended to seek a grand jury indictment on felony theft charges.
The judge agreed and Taburno-Vasarely surrendered her passport, which prosecutors later realized had expired a year ago.
Taburno-Vasarely was discovered trying to move the bubble-wrapped paintings into an adjacent storage unit on July 20.
She was arrested and spent two nights in a detention facility before being released on a 125,000 dollar bond Sunday.
The gallery owner, Thomas Monahan, said he had been storing thousands of pieces for Taburno-Vasarely but became concerned about their provenance when he heard of an inquiry currently under way in France.
His lawyer advised him to hold onto the works until rightful ownership could be established. Taburno-Vasarely's lawyer said he had no right to do so and accused him of trying to sell the work without permission.
Vasarely's family was awarded custody of much of his work in a 1995 decision that a foundation he established in 1971 is currently trying to overturn.
Nearly all of the 1,300 original works and 18,000 silkscreen prints donated to the foundation have disappeared.
  télécharger le fichier.pdf
   



Vendredi 27

juin 2008

Vol de tableaux aux USA : la belle-fille de Vasarely remet son passeport

CHICAGO - La belle-fille du peintre Viktor Vasarely, accusée d'un vol d'oeuvres d'une valeur de plusieurs centaines de milliers de dollars, a remis son passeport français vendredi à un juge de Chicago (Illinois, nord).
Michèle Taburno-Vasarely, 61 ans, arrêtée le 20 juin puis remise en liberté, clame son innocence et affirme que les toiles en question lui appartenaient, accusant le galleriste chez lequel elle les entreposait d'avoir voulu les lui voler.
" Il a tout volé et tout ce que je voulais faire c'était les reprendre", a-t-elle dit à l'AFP, en quittant le tribunal de Chicago, où elle comparaissait vendredi.
A l'audience, les procureurs ont demandé au juge du comté de repousser l'affaire au 16 juillet, soulignant leur intention d'obtenir une inculpation pour vols devant une chambre d'accusation.
Le juge a donné son accord et Mme Taburno-Vasarely a remis son passeport, dont les procureurs ont remarqué plus tard qu'il était périmé depuis un an.
Mme Taburno-Vasarely a été arrêtée alors qu'elle déplaçait les toiles de l'entrepôt de Thomas Monahan à un autre situé dans le même immeuble, selon l'avocat du galeriste de Chicago, qui a évalué la valeur des oeuvres à 575.000 dollars. Selon lui, elle avait entreposé chez M. Monahan des "milliers" de toiles à la provenance douteuse.
La belle-fille de l'artiste d'origine hongroise, maître de l'art optique, a passé deux nuits en prison avant d'être remise en liberté dimanche contre le versement d'une caution de 125.000 dollars.
La famille Vasarely est au coeur d'une bataille judiciaire qui dure depuis de nombreuses années. La plupart des 1.300 oeuvres originales dont l'artiste avait doté la Fondation qui porte son nom, en plus de 18.000 sérigraphies, ont disparu, alors que la cote du maître de l'Op art a beaucoup monté ces dernières années.
La Fondation conteste un arbitrage successoral de 1995 entre les deux fils du peintre qui a conduit à la dispersion des oeuvres. Elle a assigné en justice trois membres de la famille, dont Michèle Taburno-Vasarely, leur réclamant la restitution des oeuvres ou leur remboursement ainsi que le paiement de 5 millions d'euros de dommages-intérêts.
(©AFP / 27 juin 2008 19h02)
  télécharger le fichier .pdf
   


Vendredi 27

juin 2008

La belle-fille de Vasarely devant la justice.

  télécharger le fichier .pdf
   


jeudi 26
juin 2008

La belle-fille du peintre Vasarely
arrêtée pour vol

Une histoire de trahison et de vol rocambolesque, sur fond de dispute familiale, a conduit à l'arrestation aux Etats-Unis de la belle-fille du peintre Viktor Vasarely.


Michèle Vasarely a comparé la prison à Guantanamo. (Photo: AFP)
Mais Michèle Taburno-Vasarely, 61 ans, a l'intention de faire valoir vendredi devant un tribunal de la capitale de l'Illinois (nord) que ces oeuvres lui appartiennent, même si la justice française a passé des mois à se pencher sur cette question sans pouvoir parvenir à une conclusion.
La famille Vasarely est au coeur d'une bataille judiciaire qui dure depuis de nombreuses années.
Toute l'affaire a commencé lorsque le peintre d'origine hongroise Victor Vasarely (1906-1997) a décidé en 1971 de donner l'essentiel de ses oeuvres à une fondation portant son nom et située à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône).
Mais les deux fils du peintre ont commencé à se quereller sur la gestion de la Fondation Vasarely après le décès de leur mère en 1990.
Certaines oeuvres ont fait l'objet de détournements par Charles Debbasch, ancien doyen de la faculté de droit d'Aix et président de la Fondation de 1981 à 1993. Condamné en mai 2005 à deux ans de prison dont un ferme pour avoir détourné ces oeuvres, Charles Debbasch réside habituellement au Togo.
La famille a obtenu le droit en 1995 de récupérer l'essentiel des oeuvres de la Fondation. Dans le processus, la plupart des 1.300 oeuvres originales dont l'artiste avait doté la Fondation, en plus de 18.000 sérigraphies, ont disparu, alors que la cote du maître de l'Op art a beaucoup monté ces dernières années.
La Fondation conteste aujourd'hui l'arbitrage successoral en 1995 entre les deux fils du peintre qui a conduit à la dispersion des oeuvres et l'a, selon elle, dépouillée. Elle a assigné en justice trois membres de la famille, dont Michèle Taburno-Vasarely, leur réclamant soit la restitution des oeuvres soit leur remboursement ainsi que le paiement de 5 millions d'euros de dommages-intérêts.
Il n'est pas certain pour autant que les toiles disparues se trouvent à Chicago.
Selon un avocat du galeriste américain au coeur de l'affaire, Mme Taburno-Vasarely, avait entreposé des "milliers" de toiles à la provenance douteuse avec son client, Thomas Monahan.
Elle a été arrêtée vendredi dernier alors qu'elle déplaçait ces toiles de l'entrepôt de M. Monahan à un autre situé dans le même immeuble, a indiqué l'avocat, David Melnick, qui a évalué la valeur des oeuvres à 575.000 dollars.
M. Melnick a affirmé que son client avait commencé à s'interroger sur la provenance des toiles à l'automne dernier quand il a entendu parler de l'enquête en France.
"J'ai enquêté et interrompu toutes les transactions jusqu'à établir qui en avait la propriété", a déclaré l'avocat à l'AFP par téléphone.
Mais Mme Taburno-Vasarely, qui a représenté les intérêts des fils du peintre et présidé la fondation en 1995-1997, assure pour sa part que les toiles sont à elles et clame son innocence.
"L'histoire n'est pas du tout celle que vous connaissez", a-t-elle affirmé à l'AFP par téléphone. "Il m'a tout volé. Je n'ai plus rien, donc j'ai eu une mauvaise réaction", a-t-elle ajouté.
"J'ai cru que j'étais à Guantanamo!" s'est-elle exclamée en évoquant sa détention qui a pris fin dimanche.
Selon son avocat, Neil Cohen, la belle-fille de M. Vasarely voulait simplement protéger ses biens d'un marchand d'art douteux qui essayait de vendre des oeuvres sans sa permission.
"M. Monahan a tenté d'escroquer d'autres personnes d'autres façons", a-t-il affirmé.
"Pourquoi a-t-elle tenté de récupérer ses toiles? Parce qu'elles sont à elle", a-t-il martelé.
Source: AFP
  télécharger le fichier.pdf
   

MTV Hongrie
jeudi 26
juin 2008

Képlopási botrány a Vasarely-családban : o"rizetben a mu"vész menye
2008. június 26.
Michele Taburno-Vasarely a gyanú szerint több százezer dollár értéku" képet akart eltulajdonítani
O"rizetbe vették a múlt hét végén Chicagóban Victor Vasarely magyar származású festo"mu"vész menyét, akit azzal vádolnak, hogy több százezer dollár értéku" képet akart eltulajdonítani a város egyik mu"termi raktárából - közölték csütörtökön amerikai igazságügyi illetékesek.
A 61 éves Michele Taburno-Vasarelyt múlt pénteken vették o"rizetbe, és vasárnap feltételesen szabadlábra helyezték. Pénteken kell megjelennie a hatóságok elo"tt. Az asszony kitart ártatlansága mellett, és azt hangoztatja, hogy a kérdéses képek az o" tulajdonában vannak.
Taburno-Vasarelyt, a festo"mu"vész fiának második feleségét akkor vették orizetbe, amikor Thomas Monahan galériatulajdonos raktárában lévo" képeit az épületben található másik raktárba akarta áthelyezni - mondta el a Monahan ügyvéde, David Melnick, aki szerint a képek 575 ezer dollárt érnek (86,4 millió forint).
A Vasarely-család hosszú évek óta folytat jogi csatározást. Az ügy akkor kezdo"dött, amikor Victor Vasarely (1906-1997) 1971-ben a nevét viselo", aix-en-provence-i székhelyu" alapítványnak ajánlotta fel mu"vei java részét. A festo"mu"vész két fia azonban anyjuk 1990-ben bekövetkezett halála óta vitában volt az alapítvány irányításáért.
Több mu"alkotást eltulajdonított Charles Debbasch, az aix-en provence-i egyetem jogi karának volt dékánja, aki 1981 és 1993 között az alapítvány elnöke volt. Debbascht 2005-ben két évi börtönre - ebbo"l egy letöltendo"re - ítélték, és jelenleg Togóban él.
A család 1995-ben megszerezte a jogot, hogy visszakapja az alapítványtól a mu˝alkotásokat. A visszaszolgáltatási folyamat közben a mu"vész által az alapítványnak adományozott több mint 1300 eredeti festmény és 18 ezer szerigráfia (selyemszitanyomat) java részének lába kelt, miközben az op art mesterének egyre emelkedett az ázsiója.
Az alapítvány vitatja a 1995-ös hagyatéki döntést, amely leheto"vé tette a tulajdonában lévo" mu"alkotások visszajuttatását a családnak. Beperelte a család három tagját, közöttük Michele Taburno-Vasarelyt, és a mu˝vek visszaadását, vagy 5 millió euró (1,2 milliárd forint) kárpótlás kifizetését követeli.
David Melnick szerint Taburno-Vasarelly "több ezer" kétes eredetu" képet helyezett el ügyfele, Thomas Mohahan galériatulajdonos raktárában. Mint mondta, ügyfele azután kezdett el a képek eredete iránt érdeklo˝dni, miután tudomására jutott franciaországi nyomozás híre.
Taburno-Vasarely, aki a festo" fiának érdekeit képviselte és 1995 és 1997 között az alapítvány elnöke volt, állítja, hogy a képek az o" tulajdonában vannak, és ártatlanságát hangoztatja. Ügyvédje, Neil Cohen szerint Michele Taburno-Vasarely azért akarta elszállítani a képeket, mert a kereskedo" az engedélye nélkül akarta eladni azokat.
hirado.hu/MTI
  télécharger le fichier .pdf
   


jeudi 26

juin 2008

La belle-fille du peintre Vasarely arrêtée à Chicago pour vol de tableaux
AFP 26.06.08 | 16h10

La belle-fille du peintre Viktor Vasarely a été arrêtée en fin de semaine dernière à Chicago (Illinois, nord) et comparaît vendredi pour le vol d'oeuvres d'une valeur de plusieurs centaines de milliers de dollars dans un entrepôt de la ville, a-t-on appris de sources judiciaires. Michèle Taburno-Vasarely, 61 ans, a été arrêtée vendredi dernier et remise en liberté dimanche. Elle clame son innocence et affirme que les toiles en question lui appartenaient. Selon un avocat du galeriste de Chicago au coeur de l'affaire, la belle-fille de l'artiste d'origine hongroise, maître de l'art optique, avait entreposé des "milliers" de toiles à la provenance douteuse avec son client Thomas Monahan. Mme Taburno-Vasarely a été arrêtée alors qu'elle déplaçait ces toiles de l'entrepôt de M. Monahan à un autre situé dans le même immeuble, a indiqué l'avocat, David Melnick, qui a évalué la valeur des oeuvres à 575.000 dollars. Contactée par l'AFP par téléphone, Mme Taburno-Vasarely a clamé son innocence. "L'histoire n'est pas du tout celle que vous connaissez", a-t-elle affirmé, son avocat expliquant qu'elle voulait simplement protéger ses biens d'un marchand d'art douteux qui essayait de vendre des oeuvres sans sa permission. La famille Vasarely est au coeur d'une bataille judiciaire qui dure depuis de nombreuses années. La plupart des 1.300 oeuvres originales dont l'artiste avait doté la Fondation qui porte son nom, en plus de 18.000 sérigraphies, ont disparu, alors que la cote du maître de l'Op art a beaucoup monté ces dernières années. La Fondation conteste un arbitrage successoral de 1995 entre les deux fils du peintre qui a conduit à la dispersion des oeuvres et l'a, selon elle, dépouillée. Elle a assigné en justice trois membres de la famille, dont Michèle Taburno-Vasarely, leur réclamant soit la restitution des oeuvres soit leur remboursement ainsi que le paiement de 5 millions d'euros de dommages-intérêts.
   


jeudi 26

juin 2008

Le feuilleton Vasarely rebondit à Chicago.

  télécharger le fichier .pdf
   


mercredi 25

juin 2008

Michel Taburno-Vasarely en Prison aux USA pour tentative de vol de tableaux.

Cette affaire incroyable survient alors qu'une audience importante doit se tenir au tribunal d'Aix, en septembre.

  télécharger le fichier .pdf
   


mercredi 25

juin 2008

Un courtier peu courtois à Chicago.

Dépossédée de ses bien par naïveté, la belle fille Vasarely est accusée de vol.

  télécharger le fichier .pdf
   


dimanche 22

juin 2008

2 women charged in artwork theft at Chicago storage facility
Tribune staff report
11:29 PM CDT, June 22, 2008

A quarrel over art worth more than $500,000 led to the arrest of two women after they tried to steal the artwork from a Chicago storage facility Friday, law-enforcement authorities said.
Michele Vasarhelyi, 61, and Vera Mamalat, 31, both of Chicago, appeared in Bond Court Sunday at the Cook County Criminal Courts Building, facing felony theft charges. The two were ordered held in lieu of $125,000 bail by Judge Israel Desierto.
Vasarhelyi, Mamalat and two unidentified suspects arranged to steal several pieces of artwork, worth about $586,000, from a storage facility in the 1000 block of North Halsted Street, authorities said. One of the women had been in a dispute over ownership of the artwork, authorities said
  télécharger le fichier .pdf
   


dimanche 22

juin 2008

Pair charged with theft of $500,000
worth of art

By Robert Mitchum | Tribune reporter
3:24 PM CDT, June 22, 2008

An argument about the ownership of art worth over $500,000 led to the arrest of two women after they allegedly attempted to steal the artwork from a Chicago storage facility Friday, law enforcement authorities said.
Michele Vasarhelyi, 61, and Vera Mamalat, 31, both of Chicago, appeared in bond court Sunday afternoon at the Cook County Criminal Courts Building facing felony theft charges. The two women were ordered held on $125,000 bond by Judge Israel Desierto.
Vasarhelyi, Mamalat and two unidentified co-offenders allegedly arranged to steal several pieces of artwork, worth about $586,000, from a storage facility in the 1000 block of North Halsted Street, Assistant State's Atty. Bonnie Greenstein said. The art was being stored in a locker belonging to a former business partner of Vasarhelyi, Greenstein said.
The women bought the storage locker across from where the artwork was being stored, Greenstein said. On Friday, the two women and the co-offenders reportedly cut the lock of the locker containing the artwork and moved it across the hall to Mamalat's locker. The defendants then replaced the cut lock with a new lock and left the facility, the prosecutor said.
Police arrested Vasarhelyi and Mamalat later on Friday, and found Vasarhelyi in possession of the new lock's key, Greenstein said.
Neither defendant has a criminal background in the United States, Greenstein said. Vasarhelyi is a citizen of France, while Mamalat is a citizen of the Ukraine. Gabriel De Matteo, Vasarhelyi's defense attorney, said that his client had been involved in an ongoing dispute over artwork belonging to Vasarhelyi's deceased husband and father. At the hearing, he described the owner of the storage locker as an art dealer who had custody of the artwork. Some of the pieces taken were part of this dispute, De Matteo said.
  télécharger le fichier .pdf
   


dimanche 22

juin 2008

Rebondissement à Chicago.

Michèle Taburno, la belle-fille de Victor Vasarely, arrêtée aux Etats-Unis.

  télécharger le fichier .pdf
   

ARTCULT
Vendredi 20
juin 2008

Vendredi 20 juin 2008, nouveau rebondissement dans l'affaire de la spoliation de la Fondation Vasarely avec l'arrestation en flagrant délit de vol dans un entrepôt à Chicago de Michèle Taburno-Vasarely, la belle fille du peintre Victor Vasarely, décédé en 1997, ce qui n'a pas manqué de faire jubiler Pierre Vasarely qui a été en conflit avec cette dernière depuis des années.
Michèle Taburno a été arrêtée par la police en compagnie de trois individus alors qu'elle orchestrait le cambriolage de l'entrepôt de Thomas Monahan, un galeriste de Chicago qui avait refusé de lui rendre des œuvres de Vasarely et d'autres artistes connus après s'être demandé si celles-ci n'avaient pas été détournées de la Fondation Vasarely d'Aix-en-Provence créée en 1976.
Monahan avait rencontré Michèle Taburno à Chicago un an plus tôt et avait commencé à faire des affaires avec celle-ci jusqu'au moment où il se vit demander de ne jamais indiquer la provenance des œuvres qu'elle lui vendait, ce qui l'intrigua au point de se renseigner sur les démêlés judiciaires de la Fondation Vasarely avec certains héritiers du peintre.
Entre 1995 et 1997, Michèle Taburno-Vasarely avait été présidente de la Fondation dont plusieurs œuvres avaient déjà été détournées par l'ancien doyen de la faculté d'Aix Charles Debbasch, son prédécesseur à la tête de cette institution de 1981 à 1993, lequel fut condamné à un an de prison ferme en 2005.
Selon la Fondation, Michèle Taburno et d'autres membres de la famille Vasarely auraient à leur tour dépouillé son fonds qui ne compterait plus à ce jour qu'une quarantaine d'œuvres importantes sur les centaines recensées jusqu'à la mort de Victor Vasarely.
Ainsi donc, attirée par l'appât d'un gain facile, Michèle Taburno aurait largement puisé dans ce fonds pour vendre à bon compte des œuvres de Vasarely aux Etats-Unis et dans de nombreux pays. Entré un jour en rapport avec Thomas Monahan, Pierre Vasarely, le petit-fils de l'artiste qui soupçonnait depuis longtemps sa belle-mère d'une telle malversation, avait ainsi vivement conseillé le galeriste de ne pas lui restituer les œuvres qu'elle lui avait confiées, ce qui provoqua la colère de l'intéressée.
Décidée à récupérer ces œuvres coûte que coûte, Michèle Taburno loua donc une pièce attenante à celle où elles avaient été entreposées par Monahan et engagea des hommes de main pour s'en emparer mais la police était au rendez-vous pour faire échec au cambriolage.
Cette nouvelle affaire braque une nouvelle fois les projecteurs sur la vulnérabilité des institutions privées souvent exposées à des détournements importants comme ce fut le cas notamment pour la Fondation Arp, la Fondation Giacometti et d'autres, spoliées sans vergogne par des administrateurs peu scrupuleux.
  télécharger le fichier.pdf
   

vendredi 13
juin 2008

Fondation Vasarely : Le procès renvoyé au 11 septembre 2008.

Administrateur provisoire de la Fondation Vasarely depuis octobre 2008, Me Xavier Huertas a initié, devant le tribunal de grande instance d'Aix, une action visant à faire annuler l'arbitrage signé en 1995 entre la Fondation et certains héritiers du peintre.

  télécharger le fichier .pdf
   


Jeudi 12
juin 2008

La Fondation Vasarely, belle endormie.

Une nouvelle fois, l'œuvre de Victor Vasarely va être exposée... dans un prétoire. Après la condamnation de l'ex-président de la Fondation Vasarely pour détournement d'œuvres, après les querelles de pouvoir entre les héritiers du peintre mort en 1997, c'est au tour de l'administrateur provisoire de la fondation, nommé fin 2007, de mener la fronde.

  télécharger le fichier .pdf
   

Art Magazine
mardi 3
juin 2008

THE ENDLESS SOAP OPERA
OF VICTOR VASARELY’S HEREDITY
Written by Elena Lanzanova June 3 2008
translated by Giorgina Arcuri

In the wide ambit of Op Art and Kinetic Art, the Hungarian naturalized French Victor Vasarely holds the role of protagonist. During his artistic career, Vasarely develops a language characterized by the most typical abstractionism, free of any lyricism and firmly bound to pure geometry, in compositions with a precise constructive layout of almost architectonic definition in their aspiration towards three-dimensionality, where the third dimension is represented by movement.
Vasarely uses three-dimensional language in all his works, opposing in the same image different perspective systems, according to his own research on the scientific properties of colours and lines, aimed at creating virtual images, able to create a sort of optical aberration in the spectator.
We can definitely say that Vasarely holds a dominant role in the history of art and that, eleven years after his death, he still influences the new millennium artists and, as every respectable celebrity, is often present in the gossip pages of the world of art, given that the question relative to his heredity seams an endless soap opera that has been keeping France with its breath held for years.
Indeed, since Victor Vasarely passed away on 15th March 1997 at the age of 91 years, we have witnessed continuous contrasts regarding the great Hungarian artist’s hereditary succession and memory. At the time of the opening of his will, which he left before dying, it was decided that the heredity was due to his elder son, Andrè Vasarely, to his younger son, Jean-Pierre Vasarely, to his wife (Michèle Taburlo) and her son. At the end of the will, dated 11th April 1993, Victor Vasarely gave his grandson all the available part and specified that he was the only one who could guarantee the perpetuity and the prosecution of his work within the Vasarely Foundation,
The various “rows” in the French court rooms seemed to have come to an end, but actually, according to recent information, the question has never been concluded.
The next episode will take place on 12th June, when the court of Aix-en-Provence will examine the last citation of Xavier Huertas, legal administrator of the Vasarely Foundation, which had denounced the heirs for taking fraudulently 130 works by the Hungarian artist, which he had given to the foundation. According to the accusation, Michèle Taburlo, wife of one of the artist’s sons, is now at the centre of attention. As a representative of the institution, she would have damaged it in favour of her husband and Varsely’s other son, with a huge conflict of interests. Currently Huertas is proposing in court the annulment of the arbitration, the return of the works kept by the heirs and more than 5 million euros for damages.

  télécharger le fichier .pdf
   

vendredi 30
mai 2008

La demande de Pierre Vasarely pour exercer le droit moral sur l'œuvre de son grand-père sera examinée par le tribunal de Grande Instance d'Aix-en-Provence.

  télécharger le fichier .pdf
   

mardi 13
mai 2008

Délai prolongé d'un an pour l'administrateur.

  télécharger le fichier .pdf
   


mercredi 30
avril

 

Droit de réponse de Pierre Vasarely à l'article de Libération du 14 avril2008.

  télécharger le fichier .pdf
   

 

Droit de réponse de Pierre Vasarely à l'article de Libération du 14 avril2008.

  télécharger le fichier .pdf
   


jeudi 24
avril 2008

AIX-EN-PROVENCE [24.04.08] – Le mardi 22 avril s’est tenue une réunion à la sous-préfecture d’Aix en Provence pour débattre des problèmes financiers et juridiques que rencontre la fondation Vasarely depuis plusieurs années.
Suite aux récentes démarches de Xavier Huertas, administrateur de la fondation Vasarely, les pouvoirs publics ont réuni les parties pour entamer une discussion sur la situation juridique et financière de la fondation. Créée par le peintre hongrois en 1976 pour promouvoir l’intégration de l’art dans l’architecture, la fondation Vasarely comptait au départ 1300 œuvres et 18 000 sérigraphies de l’artiste. Il ne reste aujourd’hui que 42 œuvres intégrées au bâtiment.
Plusieurs épisodes juridiques expliquent la disparition de ces œuvres : en décembre 2001, Charles Debbash, président de la fondation de 1981 à 1993, est condamné par le tribunal de grande instance d’Aix en Provence à 3 ans de prison et une amende de 2,5 millions de francs pour avoir détourné 2,3 millions de francs et plusieurs toiles de Vasarely avec la complicité de Pierre Lucas, alors délégué général de la fondation (voir le JDA n°139, décembre 2001 « du rififi chez Vasarely .»). Certaines œuvres ont été retrouvées chez la mère de Debbash, mais plusieurs d’entre elles ont été vendues.
En septembre 2007, une plainte contre X est déposée par le directeur des affaires culturelles et le sous-préfet d’Aix en Provence, membres du Conseil d’Administration de la fondation Vasarely, pour la disparition de 31 œuvres figurant à l’inventaire. Le président, Renaud Belnet, se désengage du problème et veut fermer la fondation, qu’il considère dans une impasse financière sans issue. Une enquête est alors ouverte, qui est toujours en cours.
A sa nomination en octobre 2007, Xavier Huertas se porte partie civile dans cette procédure. Le vendredi 18 avril, il a déposé une assignation en nullité devant une chambre civile du tribunal de grande instance (TGI) pour tenter de retrouver certaines œuvres. Cette assignation, qui sera examinée le 12 juin 2008 par le TGI, remet en cause un arbitrage successoral datant de 1995, effectué par les deux fils du peintre, André et Jean-Pierre. Cet arbitrage avait pour but de régler la succession de leur mère, morte en 1990. Leurs intérêts étaient alors représentés par Michèle Taburno, la femme de Jean-Pierre (décédé en 2002), également présidente de la fondation d’avril 1995 à juillet 1997. La fondation lui réclame la restitution des tableaux ou leur remboursement, et le paiement de 5 millions d'euros de dommages et intérêts. Celle-ci vit actuellement à Chicago (Etats-Unis), et s’est défendu en disant que « l’arbitrage respectait les lois successorales. » Elle affirme ne pas avoir été tenue au courant de cette nouvelle procédure et sera représentée par son avocat le 12 juin.
A la réunion du mardi 22 avril étaient présents : Maryse Joissains, maire d’Aix en Provence, Maurice Chabert, maire de Gordes, le sous-préfet Hubert Derache, la Direction des affaires culturelles, Xavier Huertas, et la famille Vasarely (André et son épouse, et Pierre, fils de Jean-Pierre et légataire du peintre). Tous ont soutenu le renouvellement du mandat de M. Huertas, nommé provisoirement depuis octobre 2007. Mme Joissains a exprimé son désir de voir naître un projet culturel à la fondation, à qui la mairie de Aix en Provence donne 100 000 euros par an. (avec AFP)
  télécharger le fichier.pdf
   


jeudi 24
avril 2008

Fondation Vasarely : nouveau procès.

L'administrateur judiciaire veut retrouver les œuvres disparues.

  télécharger le fichier .pdf
   

mercredi 23
avril 2008

Fondation Vasarely : l'administrateur saisit la justice.

L'administrateur provisoire a annoncé qu'il lançait une action en justice pour faire annuler un acte de 1995, afin de récupérer des œuvres de l'artiste.

  télécharger le fichier .pdf
   
 
  télécharger le fichier .pdf
   


mardi 22
avril 2008

 

EXCLUSIF : Les héritiers Vasarely poursuivis en justice

Illustration de la fondation Vasarely d'Aix-en-Provence
© BORIS HORVAT / AFP
La nouvelle affaire Vasarely est officiellement lancée. Comme l'annonçait Le Point du 10 avril , l'administrateur provisoire chargé de redresser la Fondation dédiée à l'oeuvre du célèbre peintre, Me Xavier Huertas, vient d'assigner ses héritiers devant le tribunal d'Aix-en-Provence. Il les soupçonne de s'être approprié illicitement plusieurs centaines d'oeuvres, à la faveur d'un arbitrage rendu en 1995 et qu'il qualifie, dans son assignation, de "manoeuvre frauduleuse concertée ayant eu pour seul objet de vider le fonds culturel de la Fondation au profit d'intérêts privés".
L'administrateur évoque un "détournement programmé" et pointe la responsabilité principale de Michèle Taburno-Vasarely, belle-fille du peintre et ancienne présidente de la Fondation, à propos de laquelle il envisage un "abus de fonction" et une "faute intentionnelle" qui pourrait, selon lui, intéresser la justice pénale. Résidant aujourd'hui à Chicago, celle-ci avait affirmé au Point être étrangère à toute malversation.
L'administrateur réclame l'annulation de l'arbitrage de 1995 et la restitution des oeuvres détenues par les héritiers - ou, à défaut, le remboursement des sommes correspondantes, qui se chiffrent en dizaines de millions d'euros. L'audience est fixée au 12 juin.
   


lundi 21
avril 2008

 

Un avenir flou pour la Fondation Vasarely.

  télécharger le fichier .pdf
   

lundi 14
avril 2008

 

Fondation Vasarely : Droit de réponse

  télécharger le fichier .pdf
   
 

Précision de l'auteur de l'article

  télécharger le fichier .pdf
 


10 avril 2008

"La nouvelle affaire Vasarely"
Onze ans après la mort du peintre, la fondation qui lui est dédiée est exsangue. Et pour cause : plus de mille œuvres ont disparu de ses murs. L'administrateur désigné pour la sauver va saisir la justice. Enquête sur un sombre tableau.

  télécharger le fichier .pdf
   
 
  télécharger le fichier .pdf
   
 
  télécharger le fichier .pdf
   


samedi 5
avril 2008

 

Droit de réponse de Pierre Vasarely à l'article de Libération du 26 fevrier 2008.

  télécharger le fichier .pdf
   

fevrier - mars 2008

"Catalogue de l’exposition VASARELY – SZEGED (Hongrie) février-mars 2008".

  télécharger le fichier .pdf
   
 
  télécharger le fichier .pdf
   
 
  télécharger le fichier .pdf
   
 
  télécharger le fichier .pdf
   

samedi 8
mars 2008

Échanges aigre-doux sur la Fondation Vasarely.
L'administrateur reproche ses déclarations à l'ancien président.

  télécharger le fichier .pdf
   

samedi 8
mars 2008

"Aucune perspective de redressement"
Me Renaud Belnet n'a pas tardé à répliquer dans un courrier.

  télécharger le fichier .pdf
   


mercredi 27
fevrier 2008

Droit de réponse de Pierre Vasarely à l'article de Libération du 26 fevrier 2008.

  télécharger le fichier .pdf
   
 
  télécharger le fichier .pdf
   

mardi 26
fevrier 2008

 

Polémique - Un conflit oppose les ex-dirigeants de sa fondation à l'héritier de l'artiste.

Vasarely entre petit-fils et avenir

  télécharger le fichier .pdf
   

Pécs
fevrier 2008

“catalogue des collections du musée Vasarely de Pécs (Hongrie) publié en février 2008”

  télécharger le fichier .pdf
   
 
  télécharger le fichier .pdf
   
 
  télécharger le fichier .pdf
   
 
  télécharger le fichier .pdf
   

vendredi 1er
Fevrier 2008

A la moitié de son mandat, l'administrateur judiciaire parle : La Fondation Vasarely pourra-t-elle être sauvée?

Le 25 octobre 2007, le tribunal de grande instance d'Aix rendait une ordonnance de référé aux termes de laquelle il désignait l'administrateur judiciaire niçois Me Xavier Huertas, administrateur provisoire de la fondation Vasarely, avec mission de redresser la situation juridiquqe, financière et culturelle de la fondation. Cette mission avait une durée maximale de six mois, le voici donc à la mi-temps de son mandat.

  télécharger le fichier .pdf
   

vendredi 1er
fevrier 2008

L'analyse de Renaud Belnet : "On va perdre six moix".
La pétition lancée par Pierre Vasarely : Près de 1500 signatures.
  télécharger le fichier .pdf
   

Beaux Arts
Magazine n°284
fevrier 2008

Fondation Vasarely : précisions

  télécharger le fichier .pdf
   

Beaux Arts
Magazine n°283
janvier 2008

Fondation Vasarely : Six mois de sursis
  télécharger le fichier .pdf
   

mardi 1er janvier 2008

Pierre Vasarely,
président de l'association
pour la défense et la promotion
de l'œuvre de Vasarely,
et les membre du bureau vous présentent
leurs meilleurs vœux pour l'année 2008

  télécharger le fichier .pdf
   
 
   

Revue de Presse 2014

2005 - 2006 - 2007- 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013
 
 

 

Association de amis de la Fondation Vasarely
1, avenue Marcel Pagnol
Jas de Bouffan
13090 Aix-en-Provence

Association - Statuts et A.G. - Manifestations - Catalogue raisonné - Presse - Publications - Art Cinétique - Adhésion - Contact
Facebookacebook - English version - Deutsche Version - Magyar változat

Copyright 2014 ©Association des amis de la Fondation Vasarely